BFMTV

Devant la hausse du nombre de noyades, un plan de vigilance lancé pour l'été

Une piscine municipale - Illustration

Une piscine municipale - Illustration - Thomas Samson - AFP

Le nombre de noyades accidentelles a bondi de 30% entre l'été 2015 et l'été 2018. Elles ont été mortelles dans un quart des cas.

Le gouvernement, le monde sportif et les pompiers ont lancé ce jeudi une campagne pour enrayer la forte augmentation des noyades ces dernières années à l'abord de l'été. L'an dernier durant cette saison, ces accidents ont tué plus de 400 personnes en France.

La campagne #VigilanceNoyade s'appuie notamment sur des clips vidéos diffusés sur les réseaux sociaux où les champions de natation Alain Bernard, d'apnée Guillaume Néry et de kite-surf Charlotte Consorti appellent les Français à la vigilance au bord des plages, rivières, plans d'eau ou piscines.

"L'eau a changé ma vie. Mais il suffit d'un moment d'inattention pour qu'une vie bascule à quelques mètres de nous. #VigilanceNoyade, des vies dépendent de votre regard. Apprenez, surveillez, sauvez", y déclarent-ils notamment.

La campagne, menée conjointement par le ministère des Sports, la Fédération française de Natation et la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) a été lancée officiellement ce jeudi matin à la piscine de la Butte aux Cailles, dans le 13e arrondissement de Paris.

"Augmentation de 96% du nombre de noyades chez les moins de six ans"

Le nombre de noyades accidentelles suivies de prise en charge hospitalière a bondi de 30% entre l'été (1er juin-30 septembre) 2015 et l'été 2018 (1649 contre 1266). Elles ont été mortelles dans un quart des cas (436 en 2015, 406 en 2018), selon le gouvernement.

Les noyades, première cause de mortalité accidentelle chez les moins de 25 ans en France, sont "un drame qui touche beaucoup de familles", a souligné la ministre des Sports Roxana Maracineanu en lançant la campagne devant la presse. 

Entre l'été 2015 et l'été 2018, les noyades accidentelles tous lieux confondus (piscines, cours d'eau, plans d'eau, mer...) ont augmenté essentiellement chez les jeunes: +77% chez les moins de 13 ans (600 contre 338). Environ cinquante enfants de moins de 13 ans décèdent chaque année des suites d'une noyade.

Roxana Maracineanu a notamment souligné l'"augmentation dramatique de 96% du nombre de noyades chez les moins de six ans" entre l'été 2015 et l'été 2018, notamment dans les piscines privées où ils "échappent au regard de leurs parents". Ces 443 enfants, dont 35 sont morts, représentant 28% des victimes de noyades accidentelles. 

Par ailleurs, "avec le réchauffement climatique, les gens sortent plus l'été et vont dans les cours d'eau qui ne sont pas surveillés", et se mettent ainsi en danger, a-t-elle ajouté, en soulignant que l'augmentation du nombre de noyades "touche aussi le troisième âge". 35% des morts par noyade accidentelle durant l'été dernier avaient plus de 65 ans.

Des "classes bleues"

Outre des plans de prévention pour les familles et responsables d'enfants, la ministre des Sports a annoncé que plusieurs mesures seraient mises en place pour enrayer l'augmentation du nombre de noyades. Elle compte développer les bassins d'apprentissage, mais aussi les "classes bleues".

"Ça va être comme les classes vertes, on va aller faire une classe externalisée", explique la ministre des Sports à BFMTV. "En l'espace d'une semaine, on va regrouper toutes les séances de natation. Faire une ou deux fois par jour tous les jours une mise en situation en piscine, et puis peut être aussi a partir d'un certain âge y joindre les gestes de secours".
Salomé Vincendon avec AFP