BFMTV

Coup de fatigue chez les députés

Ils n’en peuvent plus. Voilà des mois que certains députés, entre la présidentielle, les législatives et cette session extraordinaire, n'ont pas fait de pause. Les vacances ne sont plus que dans quelques jours, en principe.

"En pleine session parlementaire, je commence à 9h et finis à 1h du matin, tous les jours", soufflait Jean-Luc Mélenchon, le 19 juillet dernier, dans une de ses revues de la semaine, publiée sur son compte YouTube. Le président des Insoumis à l’Assemblée semble exténué et un peu agacé aussi de devoir travailler en plein été. Voilà cinq semaines que les députés arpentent le palais Bourbon et ses horaires pour le moins fluctuants.

"C’est un rythme que j’ai pris. J’en suis personnellement à ma deuxième nuit de travail. Pour des gens qui viennent d’arriver, c’est sans doute un peu compliqué mais il fallait peut-être se renseigner avant", sourit un Julien Aubert, député LR du Vaucluse, un peu taquin.

Des nuits courtes donc pour des parlementaires qui, pour certains, ont déjà pas mal donné. Pour beaucoup en effet, pas de pause entre présidentielle, législatives et cette session extraordinaire qui a débuté le 1er juillet. Fatigue aidant, il est parfois bien compliqué de rester concentré.

"Je suis censé avoir tout mon esprit à peu près en éveil pour voter des lois qui sont importantes pour la Nation. Mais à un moment donné, il est vrai que l’état de fatigue joue sur les capacités intellectuelles", confie Éric Coquerel, député France insoumise de Seine-Saint-Denis.

Les vacances approchent

Un travail d’autant plus dense qu’il s’étale sur seulement deux à trois jours. Une situation qu’entendent remettre à plat certains députés, comme le Constructif Thierry Solère: "Avant, il y avait des députés-maires. Ils étaient une partie de la semaine à l’Assemblée et puis l’autre dans leur village. Aujourd’hui, ils ne sont plus maires, donc il serait urgent de commencer à regarder comment on pourrait étaler normalement le travail, comme dans n’importe quelle entreprise le travail, du lundi jusqu’au jeudi", estime-t-il.

Que les députés se rassurent. La fin de cette session parlementaire n’est plus que dans quelques jours, le 4 août. En principe seulement car elle pourrait, en cas de besoin, être prolongée.

Agathe Lambret et Boris Courret