BFMTV

Coronavirus: l'ancienne ministre Agnès Buzyn a renfilé sa blouse

Agnès Buzyn en janvier 2020.

Agnès Buzyn en janvier 2020. - Lucas Barioulet / AFP

Selon Le Parisien, la candidate à la mairie de Paris pratique de nouveau la médecine dans une cellule Covid-19 de l'hôpital Percy à Clamart en région parisienne.

Elle avait annoncé vouloir se rendre utile face à la pandémie. Selon Le Parisien, l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn a réintégré provisoirement l’AP-HP et pratique de nouveau la médecine à l’hôpital Percy de Clamart dans les Hauts-de-Seine.

Toujours selon nos confrères, la candidate LaREM à la mairie de Paris exerce même au sein d'une cellule Covid-19 où sont pris en charge les patients atteints du nouveau coronavirus. Un renfilage de blouse temporaire - le temps de la crise sanitaire - mais qui n'empêche pas Agnès Buzyn de continuer à prendre contact tous les mercredis soir avec la plupart de ses têtes de liste d’arrondissement.

Un rendez-vous hebdomadaire par visioconférence d'une heure durant laquelle l'ancienne ministre prend des nouvelles de ses équipes, revient sur l'épidémie qui frappe le territoire français et évoque "un peu" la campagne des municipales, selon un participant de ces réunions. 

Également conseillère bénévole sur le suivi du nouveau coronavirus au sein d’Unicancer

Agnès Buzyn garde une certaine discrétion depuis la soirée du premier tour des élections municipales. Placée troisième derrière la candidate LR Rachida Dati et la maire sortante Anne Hidalgo, la candidate avait accordé le lendemain des résultats une interview au journal Le Monde.

L'ancienne ministre estimait dans cet entretien que la tenue de ces élections était une "mascarade" au regard de la crise sanitaire déjà présente sur le territoire français. Des propos qui avaient fait réagir la classe politique, y compris l’exécutif que l’ancienne ministre expliquait avoir alerté dès la fin janvier de l'impossibilité de pouvoir organiser le scrutin face à la propagation mondiale du nouveau coronavirus.

Des propos critiqués au sein de son propre camps auxquels viennent s'ajouter les accusations sur son passage au ministère de la Santé. Il lui est notamment reproché de ne pas avoir prévu suffisamment de stocks de masques pour faire face à l'épidémie.

Parallèlement son mari, ancien directeur de l'Inserm a été accusé de conflits d'intérêt entre l'institut et le ministère où officiait Agnès Buzyn par un certain Didier Raoult. L'infectiologue, dont le traitement du Covid-19 par la généralisation de l’hydroxychloroquine suscite la controverse, est aujourd'hui en lien étroit avec le chef de l'État.

L'ancienne ministre a par ailleurs rejoint fin mars Unicancer, la fédération des centres de lutte contre le cancer, en tant que conseillère bénévole en charge des affaires stratégiques et de la gestion de crise.

Hugues Garnier