BFMTV

Contre les réactions primaires, vive la primaire (UMP) !

Hervé Gattegno

Hervé Gattegno - -

La primaire de l’UMP pour les municipales à Paris suscite de plus en plus de doutes. D’autant que la favorite, NKM, est fragilisée par les attaques des opposants au mariage gay. Mais le système n’est pas en cause.

Si la primaire ne servait qu’à arbitrer un concours d’ambitions, elle n’aurait que l’intérêt d’un procédé technique et pas celui d’un processus politique. La vérité, c’est qu’il y a à l’UMP des lignes différentes, divergentes même – sur le mariage gay mais pas seulement. Ces débats n’ont pas été tranchés après la défaite de Nicolas Sarkozy. Les municipales peuvent être l’occasion de commencer à le faire et c’est l’intérêt de l’UMP de ne pas attendre la présidentielle. Donc peut-être qu’une bataille plus disputée que prévue obscurcit l’horizon de NKM mais s’il éclaircit la ligne de l’UMP, ce sera toujours ça de pris.

Beaucoup de chefs de l’UMP ont critiqué la sortie de Guillaume Peltier, qui appelle à faire battre NKM à cause de son abstention sur le mariage gay. Ce sont eux qui ont tort ?

Chacun prend ses responsabilités – y compris Guillaume Peltier, s’il veut que sa Droite forte ait l’air d’une droite sotte. Mais l’UMP ne peut pas prétendre organiser des primaires et empêcher tout débat interne. Ou alors ça augure mal de la rénovation sur laquelle Copé et Fillon sont censés s’être accordés ! Le fait est qu’il y a sans doute des militants et des sympathisants de droite qui trouvent que la modération de NKM sur le mariage gay est rédhibitoire pour une candidate à la mairie de Paris. C’est un raisonnement assez… primaire mais c’est le vote qui tranchera et c’est la moins mauvaise solution.

Pourtant, il semble que cette primaire ne passionne pas les Parisiens – l’UMP a même été obligée d’allonger le délai d’inscription pour voter… Qu’est-ce qui explique ce désintérêt ?

D’abord, l’UMP a trop critiqué la primaire du PS pour ne pas en subir le contrecoup chez ses propres électeurs. C’est le paradoxe : les leaders de la droite passent leur temps à se tirer dans les pattes (surtout à Paris) mais ils ont peur que la primaire affiche leurs divisions. Ils oublient que les socialistes aussi se sont déchirés et que la primaire les a aidés à se rassembler derrière François Hollande – ou derrière Bertrand Delanoë en 2001 à Paris. L’autre problème, c’est le manque de suspense : NKM partait trop largement favorite. Avec les attaques de l’aile droite et des anti-mariage gay, ça pourrait changer.

Il se dit de plus en plus que NKM pourrait même être battue à cause de la mobilisation des opposants au mariage homosexuel. Ça vous paraît crédible ?

Arithmétiquement crédible et politiquement terrible. Sur 9 000 inscrits pour l’instant, plus d’un tiers seraient issus du collectif la Manif pour tous. Si on y ajoute l’activisme du courant la Droite forte, tout cela peut fragiliser NKM, et même la faire battre. Ce serait un comble pour l’UMP de se priver de sa meilleure candidate mais ça signifierait aussi qu’elle n’a pas su mobiliser sur ses positions. En tout cas, l’UMP perdrait toute chance à Paris et le résultat serait que Frigide Barjot et ses amis contribueraient à assurer la victoire d’Anne Hidalgo – qui elle, a milité pour le mariage gay. Ce serait la preuve que les opposants au mariage gay constituent un mouvement non seulement très hétéroclite mais aussi bien hypocrite.

Ecoutez ici le Parti Pris d'Hervé Gattegno de ce mercredi 22 mai.

Hervé Gattegno