BFMTV

Confinement le week-end dans le Pas-de-Calais mais pas en Ile-de-France: ce que devrait annoncer Castex jeudi

Une vingtaine de départements ont été placés, la semaine dernière, "sous surveillance renforcée". D'après nos informations, alors que des annonces de Jean Castex sont attendues ce jeudi, une "poignée" d'entre eux devraient être concernés par un confinement le week-end.

Alors que de nouvelles annonces de Jean Castex et Olivier Véran sont attendues ce jeudi lors d'une conférence de presse du gouvernement, une "poignée" des 20 départements placés sous "surveillance renforcée" il y a une semaine devraient basculer en fin de semaine en confinement le week-end, a appris BFMTV de plusieurs sources gouvernementales. "Un ou deux départements" seraient ainsi concernés.

Un sursis en Ile-de-France?

Après la tenue d'un nouveau Conseil de défense sanitaire ce mercredi, il apparaît que l'exécutif souhaite "utiliser ce confinement le week-end en dernier recours", mais "la contrepartie est qu’il faut faire comprendre aux habitants qu’ils doivent rester chez eux", nous explique-t-on. Les rassemblements veulent ainsi être évités à tout prix.

"Il faut vraiment faire gaffe. (…) L’étape d’après, c’est un confinement lourd, avec les écoles fermées", prévient-on du côté du gouvernement.

Mise à jour des départements sous surveillance

Vingt départements avaient été placés sous "surveillance renforcée" la semaine dernière, dont tous ceux d'Île-de-France. Mais contrairement à ce qui a pu être avancé jusque-là, cette région ne devrait pas être concernée par un confinement le week-end à ce stade.

Par ailleurs, cette liste de départements sera mise à jour. Certains vont y rentrer, d'autres devraient en sortir, mais le chiffre restera autour d'une vingtaine.

Consensus pour le Pas-de-Calais

Le département du Pas-de-Calais pourrait, de son côté, être concerné par un confinement le week-end. C'est en tout cas le souhait de Louis Le Franc, le préfet du département, qui a annoncé mardi vouloir proposer au gouvernement un confinement pour les trois prochains week-ends. Et d'après nos informations, un consensus des élus s'y dessine autour de cette mesure, alors que les chiffres y sont plus élevés qu'en Ile-de-France notamment.

Ce mercredi matin, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a déclaré que l'exécutif espérait "un retour à une vie plus normale (...) peut-être dès la mi-avril". Il s'agit, en effet, selon nos sources d'une période où il devrait y avoir un "effet vaccination" conjugué à une hausse des températures. Cela ne veut pas dire que tout va rouvrir et la vie reprendra comme avant, tempère-t-on.

Clément Boutin avec le service politique de BFMTV