BFMTV

Philippe recommande aux préfets de ne pas envisager l'ouverture d'une école en cas d'opposition du maire 

-

- - -

Le Premier ministre a envoyé ce mercredi une circulaire à l'ensemble des préfets. Il y préconise notamment de ne pas rouvrir les écoles en cas d'opposition des maires.

Mercredi, Edouard Philippe a envoyé une circulaire intitulée Mise en œuvre territoriale du déconfinement aux préfets. Il y recommande notamment de respecter l'opposition éventuelle des maires à la réouverture des écoles primaires à compter de ce lundi (puis des établissements de l'enseignement secondaire une semaine plus tard) et de privilégier l'échange avec eux. 

"La situation particulière conduit à rechercher systématiquement l'accord des maires et à ne pas envisager l'ouverture d'une école en cas d'opposition de celui-ci. Lorsqu'un maire prendre une décision de fermeture dont vous ne partagez pas le bien-fondé, vous privilégierez le dialogue et la conviction, plutôt que l'utilisation des voies de droit", a ainsi posé le Premier ministre. 

Le document vient aussi confirmer les propos tenus le jour même par Jean Castex, coordinateur des stratégies de déconfinement, devant la Commission des Lois du Sénat: "Il ne sera plus nécessaire pour sortir de son domicile de se munir d'une attestation ou d'un justificatif, sauf pour un déplacement à l'extérieur du département et d'une distance supérieure à 100km à vol d'oiseau du domicile". Si un individu dépasse cette portée, il devra justifier du motif impérieux de son trajet via un nouveau "dispositif de déclaration". 

Pas de plage avant le 1er juin au moins

Les personnes devant se déplacer pour regagner leur logement principal devront justifier (via une attestation, un justificatif) de ce mouvement, y compris après le 11 mai si la trajectoire est supérieure à 100 kilomètres. Les plages, il ne faudra toujours pas y penser, réaffirme le chef du gouvernement: "Les plages, lacs et plans d'eaux demeureront fermés jusqu'au 1er juin." "Les parcs et jardins pourront être ouverts, sauf dans les départements classés en zone rouge", est-il encore dit.

Deux documents complémentaires doivent encore être envoyés sous peu aux représentants de l'Etat dans les département, en provenance des ministères de tutelle, concernant la politique de dépistage et la distribution des masques. 

Thomas Soulié avec R.V.