BFMTV

Christian Estrosi accusé de disposer de 2 logements de fonction

Selon le Canard Enchaîné, le ministre de l'Industrie Christian Estrosi bénéficierait de deux logements de fonction. /Photo prise le 25 février 2010/REUTERS/Eric Gaillard

Selon le Canard Enchaîné, le ministre de l'Industrie Christian Estrosi bénéficierait de deux logements de fonction. /Photo prise le 25 février 2010/REUTERS/Eric Gaillard - -

PARIS - Accusé par la presse de faire financer sur fonds publics deux logements de fonction, le ministre de l'Industrie Christian Estrosi a invité...

PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi, a montré mercredi aux médias ses deux appartements de fonction à Paris dont Le Canard Enchaîné affirme qu'il en a attribué un indûment à l'une de ses deux filles. "Une soupente et un ancien bureau minable" : telle est le description que le maire UMP de Nice (Alpes-Maritimes) a fait de ses logements à l'hebdomadaire satirique.

Il s'agit pour le premier d'un appartement de 70 m2 dans l'hôtel de Seignelay, un hôtel particulier du XVIIIe siècle situé au 80 rue de Lille, dans le VIIe arrondissement de la capitale, dont il avait pris possession à sa nomination au gouvernement en juin 2009. Le deuxième, qui lui a été attribué ultérieurement pour "ses contraintes de fonctions", est un logement de 55 m2 dans les locaux du ministère de l'Economie, dans le sud-est de Paris.

Selon Le Canard Enchaîné, l'une des deux filles du ministre, étudiante, bénéficierait seule "aux frais de la République" de l'appartement de la rue de Lille, un trois-pièces cuisine sous les toits. L'hebdomadaire affirme que Christian Estrosi est pour sa part à demeure à Bercy. Le ministère de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi a diffusé mardi soir un communiqué pour assurer que Christian Estrosi occupait le logement de fonction de la rue de Lille avec sa fille, conformément à une circulaire de juin 2005, émise à la suite de "l'affaire Gaymard".

PAS UN CENTIME

Ministre de l'Economie à l'époque, Hervé Gaymard avait reconnu, là encore après une information du Canard Enchaîné, qu'il logeait dans un 600 m2 aux frais de l'Etat. Il avait démissionné de ses fonctions. La circulaire stipule que les membres du gouvernement peuvent être logés dans la limite de 80 m2+20 m2 par enfant à charge.

Les appartements domaniaux dont bénéficie Christian Estrosi n'impliquent "en aucun manière de charge locative pour l'Etat", déclare le ministère dans son communiqué. "C'est donc, contrairement à ce qu'indique Le Canard Enchaîné, en parfaite conformité avec la loi, sans charge ou frais supplémentaires pour la République, que M. Estrosi occupe avec sa famille ses logements", ajoutait-il. Face "aux informations mensongères et malveillantes" de l'hebdomadaire, Christian Estrosi a poursuivi sa défense mercredi après avoir affirmé la veille sur LCI que son logement à Bercy représentait "à peu près 30 m2" et qu'il l'utilisait seulement lorsqu'il terminait tard ses journées de travail. "Il n'y a pas eu de logement attribué à ma fille. Ma famille ne coûte pas un centime à l'Etat", a-t-il dit aux journalistes lors d'une visite au pas de course dans l'appartement de la rue de Lille.

Sophie Louet, avec Clément Guillou et Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

La visite express des 2 appartements d’Estrosi|||

5 minutes de visite, montre en main, rue de Lille à l'hôtel de Seignelay, là où le Canard enchainé prétend que la fille du Ministre habite seule. Christian Estrosi a voulu montrer qu'il vivait aussi dans ce joli 70 m2 mansardé... Sauf qu'il n'y a quasiment aucun effet personnel, juste un livre de Nathalie Kosciusko Morizet qui traine sur un lit. En fait il n'y a que la chambre de sa fille qui semble vraiment habitée. A peine le temps de s'en apercevoir que Christian Estrosi nous jette dehors, trop pressé...

Il nous envoie rue de Bercy, dans son autre appartement au ministère des finances. Là encore, visite express, le secrétaire général de Bercy coupe court aux questions : en résumé, ce joli duplex de 55 m2, vue sur la Seine n'est pas un logement de fonction. Il est juste à disposition du ministre quand il finit de travailler tard.

Claire Andrieux