BFMTV

Champigny: la classe politique réagit à l'agression de deux policiers

Laurent Wauquiez

Laurent Wauquiez - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Deux policiers ont été violemment agressés à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, lors de la nuit du nouvel an. La classe politique a fait part de son indignation ce lundi.

Alors que la police intervenait dans la nuit du nouvel an pour ramener le calme autour d'une soirée organisée à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, deux agents ont été violemment agressés. Emmanuel Macron, Gérard Collomb et Marine Le Pen ont rapidement réagi. Et ils ne sont pas les seuls. Florian Philippot, président des Patriotes et eurodéputé a déclaré dans un communiqué:

"C'est bien de sauvagerie dont il faut parler, mettant en cause des monstres qui s'estiment tout permis et maîtres de leurs quartiers. Cette scène n'est malheureusement pas un cas isolé. Elle témoigne de l'incroyable niveau de violence dans notre pays et des difficultés toujours plus grandes pour les forces de l'ordre à faire leur travail efficacement et en sécurité. Les discours martiaux du pouvoir et la compassion gouvernementale ne suffiront pas. Les Patriotes en appellent à une vraie mobilisation d'un État sûr de son autorité, en rupture avec des années de laxisme".

Un personnel politique unanime 

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a pour sa part lancé sur Twitter: "S'acharner contre un policier c'est attaquer la Nation toute entière. Assez de cette racaille en liberté ! Que l'année 2018 qui commence soit celle du retour à l'ordre et à la justice : les voyous en prison et les forces de l'ordre enfin défendues et respectées". 

Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, a également formulé son sentiment: "Une attaque inqualifiable à nos forces de l'ordre. Tous les jours, notre République est défiée. Nous exigeons des actes fermes. Ce n'est pas d'une police de proximité que nous avons besoin, mais d'une politique de sécurité", a tweeté celui qui est aussi le président de la région Auvergne Rhône-Alpes.

Christian Estrosi, maire LR de Nice, ancien ministre, a écrit sur le même réseau social: "Révolté par les images terribles d'une policière, au sol, tabassée par de lâches voyous à Champigny hier soir. La répression doit être exemplaire. Tout mon soutien aux forces de l'ordre et à cette policière blessée".

Manuel Valls, député (apparenté LREM) et ancien Premier ministre, a exprimé son "soutien aux policiers violemment agressés à Champigny-sur-Marne et ma totale solidarité avec les blessés. Un nouvel acte de cette violence insupportable contre nos forces de l'ordre chargées au quotidien de nous protéger. Il ne faut rien laisser passer.La justice doit suivre".

Luc Carvounas va s'entretenir avec le préfet 

Enfin, le député socialiste du Val-de-Marne, Luc Carvounas, a dit la chose suivante: "Soutien aux fonctionnaires de police agressés et blessés à Champigny. Je m'entretiendrai dès demain avec le préfet du Val-de-Marne (...) Tout doit être mis en oeuvre pour juger et punir les auteurs de ces actes lâches et insupportables" 

R.V. avec AFP