BFMTV

Brignoles: FN/UMP, «c’est plouf et chocolat, la peste et le choléra», dit Mélenchon chez Bourdin

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon - -

Jean-Luc Mélenchon était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce mardi sur RMC et BFMTV. Le président du Parti de gauche est revenu sur les municipales, où le PC s’est allié au PS à Paris, la montée du FN, et la politique de François Hollande.

Invité sur RMC et BFMTV ce mardi, Jean-Luc Mélenchon a réagi à la victoire du FN à Brignoles, la politique de Manuel Valls, et la montée du Front national. Le président du Parti de gauche et co-président du Front de gauche est aussi revenu sur sa stratégie pour les municipales, alors que les communistes ont choisi, à Paris, de s’allier avec la majorité socialiste sortante.

Sur les municipales

Sur la primaire PS à Marseille

8h56 - Jean-Luc Mélenchon : « Nous aurons des candidats, les gens pourront voter à gauche sans se boucher le nez ».

Sur l’alliance du PC avec le PS aux municipales à Paris

8h55 - Jean-Luc Mélenchon : « Paris est la capitale du pays. Il y a une liste du Front de gauche, elle ira au bout, je regrette que les communistes quittent le Front de gauche à Paris. Dans tout le pays, les communistes sont souvent la tête de liste du Front de gauche. Il y a des membres d’EELV qui viennent faire des listes avec nous ».

8h52 - Jean-Luc Mélenchon : « Dans 90% des grandes villes, il y aura une liste Front de gauche, parce qu’il n’y a pas de risque que la gauche soit éliminée, c’est un mensonge. Que les gens de gauche arrêtent d’être pris en otage, il faut qu’on puisse s’identifier ».

Sur la politique de François Hollande

Sur la colère des agriculteurs bretons.

8h50 - Jean-Luc Mélenchon : « La colère n’est pas que bretonne. Il y en a marre. De l’argent, il y en a, le pays n’a jamais été aussi riche ».

L’économie va mieux, dit Pierre Moscovici. François Hollande en fait-il assez ?

8h48 - Jean-Luc Mélenchon : « Quand on a un taux de croissance entre 0 et 1, on ne vient pas dire que les affaires vont mieux. L’erreur est de penser que le problème est le coût du travail. Ce qui pose problème est le coût du capital ! La France est le pays où les grands se goinfrent le plus ». 

8h46 - Jean-Luc Mélenchon : « Hollande n’a aucune idée sur rien du tout, il n’est pas à la hauteur des circonstances. Cet homme est devenu transparent car il a été élu pour faire une chose, il en fait une autre. Il est en train de faire une politique de droite ».

Sur le FN et Brignoles

Le programme du FN est-il d’extrême droite, alors qu'il défend la retraite à 60 ans ?

8h43 - Jean-Luc Mélenchon : « C’est une fumisterie. Les députés du Front national se sont opposés à toutes les mesures progressistes, ils n’ont jamais voté un amendement. Je n’ai pas de problème à voter avec des gens de droite. Le FN, ce sont des menteurs, des voyous, des escrocs ».

Sur l’espace Schengen

8h42 - Jean-Luc Mélenchon : « Ce que nous vivons n’a rien à voir avec Schengen. Il faudrait commencer à dire que certaines personnes n’ont pas le droit de circuler librement en Europe ? Vous allez trier les populations d’après leurs revenus ? Il n’y a pas de solution de ce côté. La seule solution, c’est que l’Union européenne s’occupe des populations au lieu de s’occuper des êtres humains ».

Manuel Valls, responsable dans la montée du FN ?

8h40 - Jean-Luc Mélenchon : « Quand le ministre dit qu’il y a des gens qu’on ne peut pas intégrer [les Roms, ndlr], les gens le croient. Mais on parle de 17 000 personnes ! Il faut mettre les gosses à l’école, faire des villages d’insertion, on ne va pas aller chercher les gosses à la sortie de l’école pour les expulser ! Comment ça se fait qu’on ne demande pas des comptes à la Roumanie ? »

Le Front national, une bonne chose pour la gauche ?

8h38 - Jean-Luc Mélenchon : « On passe notre temps à bourrer le crane des gens que les peuples sont en compétition. Et la gauche court devant ! C’est elle qui dit qu’il faut courir après les Roms, aller les chercher dans les écoles. Qu’est-ce qu’il reste ? Le FN ».

Sur l’élection du conseiller cantonal FN à Brignoles

8h36 - Jean-Luc Mélenchon : « C’est un évènement politique. Le FN est un parti, qu’on le veuille ou non, comme les autres. Ça va, l’hypocrisie : le FN est utilisé pour faire peur et demander à tout le monde de se taire. Et à la fin, il faudrait qu’on appelle à voter pour des UMP qui racontent des choses pires que le Front national. C’est plouf et chocolat, c’est la peste et le choléra. Arrêtez de demander à des gens honnêtes de faire des choses qu’ils ne veulent pas. Ce sont les gens de gauche qui ne sont pas allés voter. La droite finira par s’allier avec le FN. En Hongrie, c’est le parti de droite qui a fusionné avec l’extrême droite. La droite et l’extrême droite ont un vocabulaire commun, les états-majors politiques le feront. Quant aux socialistes, ça les arrange, ils n’ont aucun argument si ce n’est la peur de l’extrême droite ».

Revivez aussi l'émission Bourdin & Co de ce mardi

M. Chaillot avec Jean-Jacques Bourdin