BFMTV

Bartolone à Valls: vouloir changer le nom du PS "est une faute"  

Claude Bartolone tacle Manuel Valls jeudi matin.

Claude Bartolone tacle Manuel Valls jeudi matin. - Kenzo Tribouillard - AFP

Le président de l'Assemblée nationale estime que le débat autour du changement de nom du PS doit être laissé aux militants. "Concentre toi sur ton travail de Premier ministre", lance-t-il à Manuel Valls.

Claude Bartolone répond à Manuel Valls: pour lui, vouloir changer le nom du Parti socialiste "est une faute". "Que Manuel Valls se concentre sur son travail de Premier ministre", ajoute-t-il sur RTL.

"L'idée même de changer de nom, Manuel Valls l'a portée au sein du Parti socialiste. Et je lui dis: "cher Manuel, c'est une faute".

"Laisse ce débat aux militants socialistes qui auront à discuter de tout cela au moment du prochain congrès", ajoute le président de l'Assemblée nationale. Pour lui, "c'est une rengaine et je pense que ce n'est pas le meilleur moment pour pousser cette chansonnette".

Guerre des nerfs au PS

Dans une interview à L'Obs daté de jeudi, Manuel Valls se montre ouvert à un changement de nom du PS: une idée "pas nouvelle", remarque d'ailleurs Claude Bartolone. Elle a en effet déjà été portée en 2007 et 2011, et qui avait suscité des remous au sein du parti. Dans son entretien, le Premier ministre fustige également une "gauche passéiste" et propose de "bâtir une maison commune" de "toutes les forces progressistes".

Des propos qui interviennent en pleine guerre des nerfs au PS. Mardi soir, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti se sont abstenus lors du vote du Budget. Mercredi, Benoît Hamon a l'offensive médiatique en dénonçant la politique du Premier ministre et de François Hollande, qui selon lui "mène vers un désastre démocratique".

Une joute verbale par médias interposés qui agace Claude Bartolone. "Je n’établis pas d’échelle de Richter entre les mots qui blessent la gauche. Il est simplement temps de dire stop", écrit-il sur son blog. "Il faut faire vivre le débat", mais "il faut trouver la voie du compromis et de l'unité", ajoute Claude Bartolone sur RTL. Manuel Valls n'est pas épargné non plus. "Je ne connais pas de discours plus daté que celui qui se prévaut du talisman de la modernité", écrit-il encore sur son blog.

A. K.