BFMTV

Attentat de Nice: pour Jean-Marie Le Guen, critiquer l'Etat est "dangereux pour la démocratie"

-

- - AFP

Invité de RTL vendredi matin, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, a vivement réagi à la polémique initiée par Libération, et qui agite le gouvernement. Le quotidien accuse l'exécutif, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve en tête, d'avoir menti au sujet du dispositif de sécurité mis en place le soir de l'attentat de Nice, qui a coûté la vie à 84 personnes. Des critiques que le socialiste a du mal à digérer. 

Bernard Cazeneuve est une "victime"

Jean-Marie Le Guen en est persuadé: s'il y a une victime, c'est le ministre de l'Intérieur. Pour le secrétaire d'Etat, Libération joue à un "jeu délétère" qui doit s'"arrêter". 

"Bernard Cazeneuve a été victime d'attaques, un quotidien l'a traité de menteur, a parlé de mensonge, de dissimulation alors que tout a été depuis rendu public de façon très claire. En fait, c'est le journal qui s'est trompé dans l'interprétation" estime le ministre. 

Allant encore plus loin, Jean-Marie Le Guen demande à ce que cessent toutes les critiques contre "les services administratifs de l'Etat" responsables de l'enquête sur la sécurité à Nice lors de l'attentat. Certains en effet doutent qu'une enquête menée par des services qui sont sous la responsabilité de Bernard Cazeneuve puisse se faire en toute transparence. Selon lui, de telles attaques menacent "l'Etat de droit", et sont "dangereuses pour la démocratie".

"Je veux bien qu'on aille sur ce terrain-là, mais dans ce cas, il n'y a plus d'État de droit dans le pays. Si un certain nombre de journalistes, de commentateurs, de responsables politiques mettent en cause le fonctionnement de la justice et des services administratifs de l'État, alors c'est une thèse qui est extrêmement dangereuse pour la démocratie" a estimé Jean-Marie Le Guen.

P.A.