BFMTV

Affaire Baupin: Emmanuelle Cosse ne "savait pas" et s'en remet à la justice

Face aux accusations portées contre Denis Baupin, Emmanuelle Cosse a choisi de faire face aux côtés de son mari. Sans nier la gravité des faits qui lui sont reprochés, la ministre préfère attendre l'intervention de la justice.

Au micro de France Info, la ministre du logement Emmanuelle Cosse a répondu aux accusations formulées contre son mari, Denis Baupin. Huit femmes l'accusent de multiples faits de harcèlement et d'agressions sexuels dans le cadre de ses fonctions au sein du parti EELV. 

Elle ne "savait pas"

Emmanuelle Cosse a affirmé qu'elle avait été "très touchée en tant que femme, en tant que compagne, en tant que mère et en tant que ministre". Pour autant, la ministre a insisté sur le fait qu'elle avait appris "hier" les accusations contre Denis Baupin. 

"Si c'est avéré, ou non, il faut que ça soit réglé devant la justice. Il n'y a pas d'autre choix. J'ai été secrétaire nationale pendant deux ans. Je n'ai jamais été saisie sur ces faits" a martelé Emmanuelle Cosse. 

Mise en cause par Yves Contassot, élu de Paris, qui l'accuse d'avoir volontairement occulté le comportement de son mari lors d'une réunion publique en 2015, Emmanuelle Cosse a refusé de commenter les "vociférations de telle ou telle personne" et en a profité pour donner sa version des faits: 

"J'ai été secrétaire nationale pendant deux ans. Je n'ai jamais été saisie sur ces faits. Il y a eu une discussion l'an passé, une militante a dit qu'elle avait eu connaissance de faits d'agressions sexuelles au sein du parti. J'ai rappelé des choses très simples: un, il faut transmettre ces faits à la justice, deux, nous avons pris immédiatement des positions" soutient la ministre.

"J'ai confiance en mon conjoint"

Tout en demandant que justice soit faite, Emmanuelle Cosse n'en défend pas moins son mari. A plusieurs reprises, la ministre a affirmé qu'il gardait sa confiance, en attendant une quelconque issue judiciaire. 

"Je n'ai pas de trouble, et si votre question est de savoir si j'ai confiance en mon conjoint, oui" a expliqué Emmanuelle Cosse.

Le 9 mai, dans une enquête conjointe, Mediapart et France Inter révélaient les témoignages de huit femmes contre Denis Baupin. Elles l'accusent d'agression sexuelle, de harcèlement sexuel, et mettent en cause leur parti, EELV, dans le silence qui a prévalu pendant des années. 

Paul Aveline