BFMTV

Le député Denis Baupin accusé de harcèlement et d'agression sexuels

Plusieurs membres du parti EELV accusent le vice-président de l'Assemblée nationale de les avoir harcelées ou agressées sexuellement. Certaines témoignent à visage découvert.

L'onde de choc se propage. France Inter et Mediapart révèlent dans une longue enquête commune que Denis Baupin, député écologiste (anciennement membre d'EELV) et vice-président de l'Assemblée nationale, se serait rendu coupable de multiples faits de harcèlement et d'agressions sexuels sur des collaboratrices.

"Il m’a plaquée contre le mur en me tenant par la poitrine"

Au total, France Inter et Mediapart mettent à jour huit cas de violences sexuelles. Sandrine Rousseau, porte-parole d'EELV, raconte ainsi qu'en 2011, elle participe à une réunion du parti quand elle décide de prendre une pause pour aller aux toilettes.

"Dans le couloir qui longe la salle, Denis Baupin est venu. Il m’a plaquée contre le mur en me tenant par la poitrine, et a cherché à m’embrasser. Je l’ai repoussé violemment. Sur le moment, j’étais tellement choquée que je n’ai pas dit grand-chose" se souvient Sandrine Rousseau.

Après son agression, Sandrine Rousseau retourne s'asseoir dans la salle, non sans raconter à son voisin ce qu'elle vient de subir. "Ah, il a recommencé" lui répond son interlocuteur, visiblement au fait des agissements de Denis Baupin.

Le harcèlement permanent

Dans la même enquête, plusieurs victimes racontent également les textos incessants de l'élu, emplis de propositions salaces et d'offres non-équivoques.

"C’était par exemple: 'J’aime bien quand tu croises tes jambes comme ça'". C’était même crûment dans des réunions ou des déjeuners de travail le fait de me proposer d’être mon amant. Au début, c’est dit sur le ton de la rigolade. Et puis, cela devient vite très lassant, pénible…" raconte Isabelle Attard, député écologiste du Calvados.

Un récit confirmé par Elen Debost, adjointe EELV à la mairie du Mans, et qui a côtoyé Denis Baupin lors de la campagne pour les législatives de 2012. Celle qui n'est alors qu'une "jeune militante qui monte" raconte comment l'élu lui aurait fait subir son harcèlement pendant plusieurs mois.

"Les refus polis n’étaient pas entendus", explique-t-elle. "Au total, j’ai reçu une centaine de messages. Du type 'je suis dans un train et j’aimerais te sodomiser en cuissarde'. 'J’adore les situations de domination. Tu dois être une dominatrice formidable, j’ai envie de voir ton cul'" se souvient l'élue.

Denis Baupin, qui n'a pour l'instant pas réagi à ces révélations, est également le mari de la ministre Emmanuelle Cosse. Sur les réseaux sociaux, certains internautes ont exhumé plusieurs messages de l'élu sur son compte personnel, dans lesquels il se félicite de lutter contre les violences faites aux femmes.

Paul Aveline