BFMTV

150 députés, masque, cantine fermée: comment va se passer le déconfinement à l'Assemblée

L'Assemblée nationale le 8 mai 2020

L'Assemblée nationale le 8 mai 2020 - Thomas Samson / AFP

Le plan de "reprise d'activité progressive" a été adopté à l'unanimité par le bureau de l'Assemblée nationale ce mardi. Il prévoit notamment une présence réduite à l'hémicycle et le port obligatoire du masque en commission.

C'était l'un des premiers foyers épidémiques français du coronavirus, avec 33 cas testés positifs. L'Assemblée nationale a mis au point son plan de déconfinement, validé ce mardi. Parmi les principales mesures, seuls 150 députés seront autorisés à partir du 11 mai dans l'hémicycle et le port du masque sera obligatoire dans les couloirs et en commission.

Ce plan de "reprise d'activité progressive" a été adopté à l'unanimité par le bureau de l'Assemblée, sorte de conseil d'administration de l'institution. Il avait au préalable été approuvé par l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France et est accompagné d'une charte de sécurité sanitaire. 

  • Une présence réduite

Alors que 4.000 personnes circulent au quotidien en temps normal dans les couloirs de l'Assemblée, seul "un millier" devrait s'y retrouver, selon Richard Ferrand (LaREM). La majorité des fonctionnaires, contractuels et collaborateurs devront rester en télétravail, note le plan de déconfinement.

Après avoir siégé en nombre extrêmement réduit, puis à 75 depuis le 27 avril, les députés pourront être 150 à revenir dans l'hémicycle et dans leurs bureaux, avec pour priorité le travail législatif. En commission, la moitié des membres pourront être présents, à la représentation proportionnelle.

Dans l'hémicycle, la distanciation sociale sera assurée par "une signalisation (...) "des distances et des places utilisables par des visuels rouges ou verts sur les tablettes", précise le document que BFMTV a pu consulter. 
  • Port du masque obligatoire en commission

Des points d'accueil santé seront installés aux entrées des bâtiments pour fournir gel et masques, 100.000 ayant été commandés. Le masque sera obligatoire dans les circulations intérieures, bureaux partagés et en commission. Dans l'hémicycle, "le port du masque sera autorisé mais toute personne qui s'exprime devra le faire à visage découvert", indique le président de l'Assemblée nationale.

Des tests sérologiques seront proposés au sein du cabinet médical aux personnes présentant des symptômes, qui seront isolées si elles sont positives. Les personnes avec lesquelles elles auront été en contact seront également testées.

  • Cantine fermée, colloque annulé

Les cantines, restaurants et buvettes de l'Assemblée ne rouvriront pas tant que les restaurants en France resteront fermés. Des plateaux repas seront proposés en vente à emporter. Tous les colloques, événements et visites extérieures ont été annulés jusqu'au 1er septembre.

Pas question à ce stade pour les députés de pouvoir voter à distance via un système informatique: un groupe de travail de la conférence des présidents de l'Assemblée va plancher sur la question plus large des travaux parlementaires par temps de crise sanitaire, qui soulève des questions constitutionnelle et de sécurité notamment. Ca ne doit pas être "gadget": il s'agit "d'assurer la continuité démocratique", selon Richard Ferrand.

Enfin, un dispositif "résilience", permettant un confinement immédiat de l'institution en cas de nouvelles contaminations sur site, est prévu.

E.P avec AFP