BFMTV

100 jours de François Hollande : quel bilan ?

François Hollande

François Hollande - -

100 jours exactement que François Hollande a été élu, une période pour laquelle il avait promis un certain nombre de réformes d’urgence. « Sur ces chantiers, le gouvernement et le président ont su répondre », estime Bruno Le Roux. « Un triple échec », répond l’UMP.

François Hollande n’aura pas connu d’état de grâce. Cela fait 100 jours, exactement, qu’il a été élu président, et selon un sondage du Figaro publié samedi, 54% des sondés se disaient insatisfaits de la politique du gouvernement, même si la majorité reconnaît qu’il a respecté ses engagements.
Le président avait promis qu’il prendrait un certain nombre de mesures d’urgence durant les premières semaines de son mandat, une promesse en effet globalement tenue avec la hausse de l’allocation de rentrée scolaire, le départ à la retraite à 60 ans pour les carrières longues, le retrait d’Afghanistan ou encore la renégociation du traité européen. François Hollande a dû reculer, en revanche, sur le doublement du plafonnement du livret A face aux banques, ainsi que sur la circulaire contre les délits de faciès face aux policiers. Quant au blocage des prix des carburants, la mesure a été mise de côté, mais pourrait revenir sur le devant de la scène avec la hausse des tarifs en cours.

« Ce que nous avions dit, nous l’avons fait »

Président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale, et proche du président, Bruno Le Roux estime que ce sont les 100 jours « des engagements tenus, de la volonté de justice, et de la volonté de dialogue. Ce que nous avions dit, nous l’avons fait, dans le dialogue avec les partenaires sociaux, et dans des mesures urgentes, par exemple pour la retraite à 60 ans, ou encore le pouvoir d’achat. Sur ces chantiers urgents, le gouvernement et le président de la République ont su répondre », estime-t-il.

« Des inepties économiques, une inertie internationale »

Geoffroy Didier, secrétaire national de l'UMP et conseiller régional d’Ile-de-France, voit en revanche dans ces 100 premiers jours « un triple échec » : en matière économique, sur la fonction présidentielle, et d'un point de vue international.
« Il y a eu tromperie, explique-t-il. La normalité n’est en réalité qu’un exercice de communication. Il y a eu des inepties en matière économique, avec notamment la refiscalisation des heures supplémentaires et les droits de succession alourdis ; et enfin il y a une inertie en matière internationale face à la situation plus que préoccupante en Syrie. Pendant ce temps, François Hollande poursuit ses vacances ! »

La rédaction, avec T. Chupin, V. Joanin