BFMTV

Vitres brisées et tags: le Crous de Lyon pris pour cible dans la nuit de mardi à mercredi

Le Crous a été vandalisé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le Crous a été vandalisé dans la nuit de mercredi à jeudi. - LUCIE JUNG / BFM Lyon

Le bâtiment du Crous dans le 7e arrondissement a été vandalisé dans la nuit de mardi à mercredi. Les faits surviennent dans un contexte tendu depuis qu'un étudiant s'est immolé par le feu le 8 novembre.

Des vitres brisées et des inscriptions taguées sur les murs. Le bâtiment du Crous, devant lequel un jeune homme s'était immolé par le feu le 8 novembre dernier pour dénoncer la précarité étudiante, a été pris pour cible dans la nuit de mardi à mercredi. 

"On va porter plainte. Les personnels sont très choqués", a indiqué le Crous auprès du Progrès ce mercredi matin.

"La précarité s'aggrave"

L'acte de vandalisme a été revendiqué sur le site Rebellyon. "En suite de l’acte politique de notre camarade le 08 novembre nous avons mené cette attaque. Nous retournons aujourd’hui notre colère face à ses instigateurs," écrivent les auteurs des dégradations. 

"La précarité s’aggrave de reforme en reforme et notre désespoir s’ensuit. Nous n’avons pas la force de notre camarade mais nous avons le même combat, et nous le perpétuerons, entre autres par cette attaque", peut-on lire. 

Le 8 novembre dernier, un étudiant de l'université Lyon 2 s'était immolé par le feu devant le Crous de Lyon pour dénoncer la précarité. Dans un texte partagé sur les réseaux sociaux, il évoquait ses difficultés financières, notamment la perte de sa bourde après avoir "triplé" sa deuxième année de licence. 

Il est toujours en coma artificiel et son état "se stabilise", ont indiqué ses proches à l'AFP.

Benjamin Rieth