BFMTV

Violences, manque de moyens, lourdeur administrative: la police à bout de forces

-

- - KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Le Sénat publie un rapport sur l'état de la sécurité intérieure, fruit de six mois d'enquête parlementaire au contact de nos forces de l'ordre.

Lundi, un policier s'est suicidé à Rennes avec son arme de service, dans le commissariat où il exerçait depuis des années. Son corps a été retrouvé dans les toilettes de l'établissement. C'est au lendemain de ce geste dramatique que le Sénat rend son rapport sur "l'état de la sécurité intérieure", fruit de six mois d'observation des conditions dans lesquelles travaillent les hommes et femmes chargés de servir et protéger la France au quotidien. 

La commission sénatoriale avait été créée à partir d'un constat déjà accablant: le taux de suicide dans la police est de 36% supérieur à la moyenne nationale. Les conclusions du rapport ne le sont pas moins. Le texte, auquel Le Figaro a eu accès en exclusivité, décrit des policiers et gendarmes "au bord de la rupture", éreintés par des horaires décalés et étendus, contraints de faire toujours plus, dans un contexte de menace terroriste accrue, avec de moins en moins de moyens. Le président de la commission d'enquête, Michel Boutant, décrit au Figaro l'"épuisement moral" des troupes, "en particulier dans la police, qui présente un esprit de corps moins soudé que les gendarmes, protégés par leur statut militaire". 

Première raison invoquée pour expliquer cette "crise" de la police, la plus évidente, les dépositaires de l'autorité publique, pour certains déjà au contact quotidien du danger dans le cadre de leurs interventions, deviennent, ces dernières années, de plus en plus régulièrement les cibles d'agressions ou d'attaques violentes. L'assassinat terroriste de deux policiers à leur domicile de Magnanville le 13 juin 2016 a particulièrement marqué les esprits - les sénateurs identifient d'ailleurs un "syndrome Magnanville" - mais on peut aussi citer à l'appui le meurtre de Xavier Jugelé, abattu froidement sur les Champs-Elysées, ou encore l'attaque de policiers au cocktail Molotov dans les rues de Viry-Châtillon. 

Rythmes décalés, journées à rallonge

Dans un registre plus quotidien, le rapport épingle les rythmes de travail "pénibles et déstructurants" auxquels sont astreintes les forces de l'ordre. Les policiers disposeraient en moyenne d'un week-end libre par mois, au mieux, à passer en famille.

Conséquence de "l'augmentation importante de l'activité opérationnelle des services", les journées seraient en outre toujours plus longues, le nombre d'heures supplémentaires ayant grimpé à "un niveau jamais atteint à ce jour". Au total, le rapport recense près de 22 millions d'heures sup', à ce jour ni récupérées ni indemnisées. 

Manque de moyens

Sur ces longues heures passées sur leur lieu de travail, policiers et gendarmes ont à souffrir d'un manque criant d'infrastructures. Le Sénat énumère: "locaux délabrés et indignes de l'accueil du public au sein des commissariats, avec des problèmes de salubrité et parfois de sécurité", "manque de moyens de fonctionnement et de consommables de base", "obligation d'acquérir ses propres chaussures et son propre ceinturon tant la qualité des fournitures officielles laisse à désirer".

Les véhicules du parc, dans lesquels les policiers effectuent la majorité de leurs déplacements et opérations, sont eux aussi vétustes, des sirènes qui fonctionnent mal aux portes coulissantes qui se décrochent au cours d'interventions. Autant d'éléments qui donnent à nos "flics" une "impression de déclassement qui peut affecter le moral" et "porte(nt) atteinte à la dignité de la fonction policière". 

Lourdeur administrative

S'ajoute à cela la lourdeur administrative désormais inhérente à certaines fonctions au sein de la police, celle d'officier de police judiciaire particulièrement. Le rapport cite en exemple le commissariat de Bordeaux, où pour 60 minutes passées à traiter un vol à l'étalage, 45 minutes sont désormais dévolues à la procédure pour seulement 15 minutes d'intervention sur le terrain. 

Pour remédier à cette situation, le rapport formule 32 propositions pour "remettre l'institution sur les rails": mieux prendre en charge les risques psycho-sociaux, généraliser les caméras-piétons, consacrer une enveloppe à l'indemnisation des heures supplémentaires ou encore mettre en œuvre des mesures de simplification administrative. 

Claire Rodineau