BFMTV

Un médecin jugé pour apologie de crime contre l'humanité après des propos sur les handicapés

Illustration

Illustration - BERTRAND LANGLOIS / AFP

Jean-François Pion risque la radiation et une sanction pénale après avoir qualifié les handicapés de "neuneus" et avoir justifié la solution finale prônée par le régime nazi à leur égard.

"Des neuneus" qui mériteraient "un bon coup de cyanure". Jean-François Pion, un médecin généraliste exerçant chez SOS Médecins, est jugé pour apologie de crime contre l'humanité après des propos indécents tenus sur des personnes handicapées auprès desquelles il intervenait dans la maison d'accueil spécialisée de La Glacière, dans les environs de Cherbourg. Il risque la radiation de l'Ordre des médecins, rapporte Le Parisien.

En janvier dernier, lors d'une discussion avec une infirmière, il évoque pendant une quarantaine de minutes "la logique" de l'extermination des handicapés par le régime nazi, et invite même à interdire aux personnes dotées d'un QI trop faible de se reproduire "pour éviter à la société de les entretenir". Suspendu au mois de juillet pendant 6 mois pour apologie de crime contre l'humanité et incitation à la haine contre la personne handicapée, Jean-François Pion était de nouveau convoqué par la chambre disciplinaire du Conseil régional de l'ordre samedi 9 décembre.

Des propos tenus sous le coup de la fatigue

Lors de son audience, le médecin a fait appel, estimant que "l'infirmière n'avait pas saisi le fond de sa pensée, qui a été dénaturée". Il a évoqué "des propos philosophiques" tenus sous le coup de la fatigue.

Pourtant, de nouveaux témoignages l'accusent. Le généraliste aurait ainsi prôné le recours à "une cartouche de sanglier" pour abréger la vie d'une autre personne handicapée, et aurait "une habitude récurrente à prôner l'euthanasie", assure l'avocate de l'association Acais, qui milite pour l'insertion des handicapés mentaux. La chambre disciplinaire du Conseil régional de l'ordre se prononcera avant la fin du mois de décembre.

Me.R.