BFMTV

Un faux expert en criminologie condamné à trois ans de prison ferme

Palais de justice de Tulles, en novembre 2018 (PHOTO D'ILLUSTRATION).

Palais de justice de Tulles, en novembre 2018 (PHOTO D'ILLUSTRATION). - GEORGES GOBET / AFP

Laurent Montet passait régulièrement dans les médias et délivrait des cours de criminologie dans un institut qu'il avait créé, sans avoir le diplôme français. Plusieurs dizaines d'étudiants ont été victimes de cette escroquerie.

“Conseil et expertise en pratique criminologique”, c’est l’une des compétences qui apparaît sur le profil Linkedin de Laurent Montet. Un savoir-faire qui sera désormais nourri d’une expérience directe en détention. Celui qui se présentait comme un expert en criminologie a été condamné à 3 ans de prison ferme mercredi par le tribunal correctionnel de Troyes, pour escroquerie, travail dissimulé, exploitation d’un établissement supérieur sans déclaration préalable, faux et usage de faux.

Faux partenariats avec des universités étrangères

Sur les plateaux de télévision comme lors de procédures judiciaires, l’abréviation “Dr” apparaissait régulièrement devant le nom de Laurent Montet, pour rappeler sa thèse en criminologie fait en Suisse en 2011. Mais celle-ci n’a jamais été reconnue en France.

Loin de se suffire à cette imposture, l’homme de 46 ans créée en 2014 l’Institut de hautes études en criminologie “FORCRIM”, au sein duquel il délivre des masters et des doctorats, avec des frais de scolarité de 1000 euros par an.

C’est cet établissement que remarque Virginie Gautron, maître de conférences en droit pénal à l’université de Nantes, rapporte Dalloz Actualité, site d’informations juridique et judiciaire. Elle explique avoir notamment découvert que les partenariats avec les universités étrangères affichés sur son site n’existent tout simplement pas.

Déjà condamné en 2014

L’enquête permet de mettre en lumière un système dans lequel Laurent Montet dispense une formation de type LMD puis délivre de faux diplômes à plusieurs dizaines d’élèves qui croient étudier dans un établissement reconnu.

Lors de son procès, Laurent Montet, déjà condamné en 2014 pour escroquerie et exploitation d’un établissement supérieur sans déclaration préalable tente bien de se justifier:

“J'ai peut-être survalorisé l'école, Je suis un passionné de criminologie. Je voulais faire évoluer la discipline, sans doute maladroitement”, relate Le Parisien.

Tout en s’enfonçant ensuite dans sa tromperie:

“Je ne reconnaîtrai jamais que j’ai voulu arnaquer les étudiants. Maintenant, que la situation prête à confusion, que j’oublie d’informer de certaines choses, oui”, admet-il à peine, d'après Dalloz Actualité.

Celui qui “aurait aimé être le meilleur criminologue de France”, selon son avocat, a été condamné à 3 ans de prison ferme avec mandat de dépôt. Il a l'interdiction d'enseigner pendant cinq ans. Une sanction, à ses yeux sans doute plus dure encore que la détention.
Esther Paolini