BFMTV

Les larmes de Salah Abdeslam trois jours avant les attentats de Paris

Une photo de Salah Abdeslam diffusée par la police belge.

Une photo de Salah Abdeslam diffusée par la police belge. - Federal police of Belgium - AFP - montage BFMTV.com

Selon sa petite amie, qui l'a vu à Bruxelles trois jours avant les attaques, Salah Abdeslam se trouvait dans un état très émotif. Face à elle, il se serait même mis à pleurer, a-t-elle raconté aux enquêteurs.

Un garçon émotif, en larmes. Voilà l'état dans lequel se trouvait l'homme toujours recherché depuis le 13 novembre dernier, Salah Abdeslam, trois jours avant les attentats de Paris, selon les propos tenus par sa petite amie auprès des enquêteurs.

"Un fêtard qui s'amusait tous les week-ends"

La jeune femme, qui a rencontré Abdeslam en 2007, lorsqu'il avait 18 ans et elle 15, a été entendue comme témoin le 16 novembre dernier, à Bruxelles, dans le cadre de l'enquête sur les attaques perpétrées à Paris. Devant les policiers, elle a affirmé ne plus être en lien avec le jeune Belge depuis les attentats, et n'avoir jamais eu connaissance de ce projet terroriste, rapporte Le Parisien ce mardi.

Elle a aussi expliqué que la personnalité de son fiancé ne laissait rien présager de son éventuelle radicalisation. "C'était plutôt un fêtard, qui s'amusait tous les week-ends, qui sortait en boîte", a fait valoir la jeune femme. "Il était agréable, attentionné, mais je savais qu'il avait de mauvaises fréquentations. Ses copains étaient aussi des fêtards, je n'en avais pas entendu de bonnes choses, et qui avaient des antécédents judiciaires. Je voulais qu'il s'éloigne de ces gens", a-t-elle précisé.

En larmes quelques jours avant les attaques

Mais un autre aspect de son témoignage retient encore plus l'attention. Selon les dires de sa petite amie, Salah Abdeslam se trouvait dans un état particulièrement émotif trois jours seulement avant les attentats, lorsque le couple s'est retrouvé dans un restaurant bruxellois pour déjeuner. "Comme je m'inquiétais pour notre situation amoureuse (leur relation traversait une période tumultueuse, ndlr), je me suis mise à pleurer. Et lui, du coup, plutôt que de me rassurer comme il le faisait habituellement, il s'est aussi mis à pleurer", a-t-elle rapporté. "On a à peine mangé tellement il y avait d'émotion". La jeune femme s'interroge alors sur les intentions de Salah Abdeslam, se demande s'il n'a pas l'intention de partir en Syrie, un projet qu'il avait déjà évoqué devant elle. 

Le lendemain, lors de leur dernier échange téléphonique, il lui annonce qu'il va s'absenter pour trois, quatre jours, et qu'il l'appellera "quand il pourra". En lien avec la famille d'Abdeslam, sa fiancée apprend qu'il est "parti au ski" avec son frère Brahim.

Le jeune homme est suspecté d'avoir participé aux attaques terroristes les plus sanglantes jamais perpétrées en France. Effondrée par les soupçons qui pèsent sur son compagnon, la jeune femme l'affirme: Salah Abdeslam a "détruit" sa vie.

Adrienne Sigel