BFMTV
Terrorisme

Islamisme: 8.250 individus se seraient radicalisés

Les autorités ont bloqué près de 5.000 comptes Facebook ou Twitter.

Les autorités ont bloqué près de 5.000 comptes Facebook ou Twitter. - AFP

En dépit des efforts des autorités françaises, les cas de radicalisation islamiste ont doublé entre les printemps 2014 et 2015. Si une majorité d'hommes est concernée, la proportion de femmes radicalisées croît également.

Alors que le gouvernement tente de lutter par tous les moyens contre la propagande islamiste sur le territoire national, 8.250 individus se seraient radicalisés en France en un an d'après un bilan établi au 28 janvier dernier et révélé mardi soir par Le Figaro. Le nombre de radicalisation est en nette hausse.

Ce chiffre a même doublé. Entre avril 2014 et mai 2015, on recensait 4.091 signalements de risque de radicalisation. D'après les données recueillies par le quotidien, les régions Ile-de-France, le Nord et le Sud-Est compte le plus grand nombre de signalements depuis avril 2014 et la mise en place d'une plateforme par le gouvernement.

20.000 fiches S

Parmi ces individus signalés aux autorités, une large majorité sont des hommes (70%) mais le phénomène s'étendrait de plus en plus aux femmes. Même observation du côté des mineurs qui seraient de plus en plus adeptes de la propagande jihadiste.

"Les jeunes de moins de 17 ans représentent 20% des personnes signalées concernées par Daesh", confirmait à BFMTV Patrick Amoyel psychanalyste, pédopsychiatre et fondateur de l'association Entr'Autres.

Pour lutter contre ce phénomène, 4.848 sites Internet ou comptes Facebook et Twitter ont été bloqués par les autorités. 275 interdictions de sortie du territoire, ainsi que 78 interdictions administratives du territoire, ont été délivrées. En novembre dernier, le Premier ministre, Manuel Valls, indiquait que 20.000 personnes faisait l'objet d'une fiche S en France, dont la moitié était liée à la "mouvance islamique".

J.C.