BFMTV

Explosions à Boston: Paris renforce les patrouilles

Les patrouilles des forces de l'ordre vont être renforcées.

Les patrouilles des forces de l'ordre vont être renforcées. - -

Les deux explosions survenues à Boston, aux Etats-Unis, lundi, ont conduit le ministère de l'Intérieur français à renforcer la sécurité par mesure de précaution.

La France, exposée à la menace terroriste en particulier depuis le début de son intervention au Mali, a immédiatement réagi lundi aux explosions à Boston, en renforçant les patrouilles de sécurité et en appelant la vigilance. Elle a par ailleurs assuré lundi soir les Etats-Unis de son "soutien" et de sa "solidarité".

"A la suite des explosions survenues ce jour à Boston, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a demandé aux préfets et aux forces de sécurité intérieure de renforcer sans délai la présence des patrouilles dans le cadre du plan Vigipirate, en vigueur au stade 'rouge renforcé'", a indiqué dans la soirée le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

"Il demande aux forces de l'ordre de continuer à faire de la sécurisation préventive des lieux et des abords des établissements publics une priorité", ajoute le texte. Le ministère de l'Intérieur a également appelé "l'ensemble des citoyens à faire preuve de vigilance quant à la présence éventuelle de colis suspects ou de bagages abandonnés, sans céder à l'esprit de panique".

Pas de "menace aigüe" visant la France

La France a par ailleurs assuré lundi soir les Etats-Unis de son "soutien" et de sa "solidarité". "Dans ces moments difficiles, nos pensées sont avec les familles des victimes et avec les blessés. Notre consulat général à Boston, notre ambassade à Washington ainsi que l'ensemble de nos postes aux Etats-Unis sont pleinement mobilisés et à la disposition de nos compatriotes", a fait savoir un porte-parole du Quai d'Orsay.

Le stade "rouge renforcé" du plan Vigipirate était déjà en vigueur depuis le début de l'intervention militaire lancée par la France au Mali en janvier pour stopper une avancée des islamistes armés vers le sud. Le stade ultime est le plan "écarlate", qui n'est donc pas déclenché, a-t-on souligné au ministère, rappelant que le plan Vigipirate était "rouge" depuis 2005.

Il n'existait pas de menace aiguë ou spécifique visant la France lundi, a-t-on précisé à l'Intérieur, estimant qu'il ne fallait céder ni à la "panique" ni à la "dramatisation". Néanmoins, a-t-on souligné, "la menace terroriste est élevée en France depuis plusieurs années et singulièrement depuis plusieurs mois", du fait de l'intervention au Mali. Des menaces sont régulièrement proférées contre la France par des groupes jihadistes, a-t-on rappelé.

La France a par ailleurs marqué le mois dernier le premier anniversaire des assassinats commis à Montauban et Toulouse par Mohamed Merah, qui avait tué au nom du jihad trois parachutistes, trois enfants et un enseignant juifs.


A LIRE AUSSI:

>> Explosions à Boston: trois morts et une centaine de blessés

>> Boston: un participant du marathon décrit "le chaos"

>> Obama après Boston: "les responsables devront rendre des comptes"

A. G. avec AFP