BFMTV

Attentat déjoué à Strasbourg: "Ouvert", "serviable", ce que pensent les proches d'un suspect

Yassine fait partie des sept suspects interpellés le week-dernier dans le cadre d'une opération antiterroriste menée conjointement à Strasbourg et Marseille. Très apprécié par les enfants de l'école où il travaillait, parents et proches sont surpris de cette arrestation.

Comme six autres, Yassine est soupçonné d'avoir projeté de commettre un attentat sur le sol français. Agent périscolaire dans une école strasbourgeoise, Yassine s'occupait des enfants entre midi et 14 heures, en les amenant à la cantine ou en les faisant participer à des jeux.

"On ne devient pas terroriste comme ça"

Pour autant, cette interpellation surprend son entourage. Nathan, qui a grandi avec lui et qui souhaite rester anonyme (son prénom a été modifié), ne croît pas à la version de la DGSI. "C'est quelqu'un de très sympa, très ouvert et très serviable. Il discute avec tout le monde", témoigne-t-il.

"Il y a beaucoup d'exagérations, je n'y crois pas", surenchérit le jeune homme persuadé que les services de renseignement aient besoin de trouver un "bouc-émissaire". "On ne devient pas terroriste comme ça", estime Nathan.

Inconnu des services de renseignements, Yassine est également soupçonné de s’être rendu en Syrie en 2015. Manon, une autre proche, anonyme, est elle aussi sous le choc.

"Il était normal, il s'habillait normalement", souligne-t-elle. "Il doit être influençable par des vidéos qui choquent sur Internet (…) Ça retourne la tête!", accuse-t-elle.

"Les enfants couraient vers lui"

Lors de la reprise lundi, des parents d'élève sont tombés de haut en apprenant la nouvelle. "Quand Yassine arrivait le matin, les enfants couraient vers lui en criant son prénom (…) Il lui faisait des câlins", rapporte une mère à BFMTV.

Mais l'inquiétude a gagné d'autres parents:

"Je me croyais à l'abri. Mais visiblement, on ne l'est pas", témoigne une autre maman.

Une réunion est prévue à 16 heures ce mardi dans cette école maternelle du quartier de la Meinau pour informer et rassurer les parents d'élève.

P. P.