BFMTV

Attentat à "Charlie Hebdo": le passé trouble de Chérif Kouachi

Chérif Kouachi disait 2005 vouloir passer à l'acte.

Chérif Kouachi disait 2005 vouloir passer à l'acte. - BFMTV

Les autorités auraient-elles pu prévoir que Chérif Kouachi allait commettre les attentats commis la semaine dernière? Un document d'instruction datant de 2008, que BFMTV s'est procuré, montre que le jeune homme pensait depuis longtemps à passer à l'acte.

Nous sommes en mars 2008, et Chérif Kouachi sort de la 14e chambre du tribunal correctionnel de Paris, capuche sur la tête. Le jeune homme comparaît dans l’affaire de la filière des Buttes-Chaumont, un groupe du 19e arrondissement de Paris qui envoyait des jeunes Français partir combattre en Irak, pays en guerre depuis 2003. "C'était une filière de copains qui s'étaient regroupés sous l'influence d'un imam autoproclamé", expliquait le 8 janvier dernier sur BFMTV Alain Rodier, spécialiste du terrorisme et de la criminalité organisée.

Arrêté avant de partir pour l'Irak

Chérif Kouachi a été arrêté en 2005, juste avant de prendre l'avion pour Damas, au moment où l'ensemble de la filière est démantelée. Son mentor de l'époque est Farid Benyettou, prédicateur autoproclamé de la filière des Buttes-Chaumont, rencontré dans une mosquée de la place Stalingrad, à Paris. Farid Benyettou, aujourd'hui repenti, travaille comme infirmier à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière, à Paris.

A la sortie du tribunal en 2008, Chérif Kouachi tient à s'expliquer devant les caméras. "Tout ça est monté de toute pièce, on est des jeunes de cités, on s'enflamme mais c'est tout. On ne veut rien faire", lance-t-il en se protégeant avec sa capuche. Pourtant, devant ses amis, Chérif Kouachi tient alors un discours beaucoup plus radical. Au cours de l’instruction, l’un d’eux raconte à la police: "Il disait qu’il voulait casser des magasins juifs et incendier des synagogues. Il voulait terroriser les juifs, les attraper dans la rue pour les frapper. Il ne parlait que de cela, de faire quelque chose en France avant de partir".

En 2005, Kouachi "est dans la provocation"

Il y a dix ans déjà, Chérif Kouachi disait donc vouloir frapper sur le sol français. Des propos que les autorités à l'époque ne prennent pas au sérieux. "Après coup, avec le recul, ces propos nous semblent terribles, mais ne les sortons pas de leur contexte", prévient Dominique Many, avocat du co-prévenu de Chérif Kouachi. "En 2005, on se trouve avec une personne qui est dans la provocation. Cela ne correspond en rien à des volontés d'actes."

Dans cette affaire, Chérif Kouachi sera finalement condamné à trois ans de prison. Il se fera ensuite discret, jusqu’à la semaine dernière. Aujourd'hui, celui qui était l'un des membres de la filière des Buttes-Chaumont est soupçonné d'avoir été au centre d'un véritable réseau, en lien avec Amedy Coulibaly, le tueur de Montrouge et de la porte de Vincennes, mais aussi avec Fritz-Joly Joachim, un Français arrêté en Bulgarie le 1er janvier pour avoir tenté de se rendre en Syrie. Avant son départ le 30 décembre pour la Turquie, l'homme a été plusieurs fois en contact avec Chérif Kouachi.

Ariane Kujawski, avec Sarah-Lou Cohen