BFMTV

Tapie: l'affaire devient politique

Bernard Tapie, autour de qui tourne toute l'affaire (photo d'illustration).

Bernard Tapie, autour de qui tourne toute l'affaire (photo d'illustration). - -

Après la mise en examen de l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde, l’État a décidé de déposer un recours en révision dans cette affaire, qui se déplace de plus en plus du terrain judiciaire vers le terrain politique.

L'affaire de l'arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais prend une tournure politique. Après s'être porté partie civile, l'Etat s'apprête à déposer un recours en révision, c'est-à-dire à contester l'arbitrage rendu en 2008 en faveur de Bernard Tapie. A l'Elysée, on considère désormais qu'il existe un doute suffisant sur le caractère frauduleux de cet arbitrage.

Si l'Etat parvient à apporter des éléments nouveaux, la procédure pourrait aboutir à une annulation de la sentence, qui avait permis à Bernard Tapie d'empocher 400 millions d'euros. Depuis le début de l'affaire, le gouvernement assure n'avoir qu'une boussole: l'intérêt de l'Etat et des contribuables français, pour s'assurer que ceux-ci n'ont pas été lésés dans l'arbitrage.

Moscovici discret, Pellerin dénonce

Dans cette affaire, l'actuel ministre de l'Economie Pierre Moscovici est peu bavard: il ne veut surtout pas donner le sentiment d'exploiter une affaire de plus en plus politique. Après Christine Lagarde, patronne du FMI placée sous statut de témoin assistée, c'est son ancien directeur de cabinet et actuel PDG d'Orange, Stéphane Richard, qui est mis en examen pour "escroquerie en bande organisée". Il devra s'expliquer sur la manière dont l’ancienne majorité a géré ce dossier.

De son côté, la ministre Fleur Pellerin se montre beaucoup moins diplomate. Elle évoquait jeudi matin un système d’enrichissement personnel et de financement illicite mis en place ces dernières années, évoquant également l’affaire Bettencourt ou encore les primes touchées par Claude Guéant.


À LIRE AUSSI:

>> "J'ai les sous!", aurait lancé Tapie au soir de l'élection de Sarkozy

>> Affaire Tapie: l'Etat va faire appel à la justice

>> Notre dossier sur l'affaire Tapie

M. T. avec Jérémie Brossard