BFMTV

Surveillants de prison agressés: l'avocat du détenu demande une expertise psychiatrique de son client

Invité vendredi sur notre antenne, Sébastien Bono, l'avocat de Christian Ganczarski, ancien membre d'Al Qaïda qui a agressé jeudi trois surveillants de prison à Vendin-le-Vieil, assure que son client n'explique pas son geste, et demande une expertise psychiatrique.

Sur notre plateau ce vendredi, Sébastien Bono, avocat du détenu islamiste qui a agressé jeudi trois surveillants pénitentiaires dans sa prison de Vendin-le-Vieil, est revenu sur le geste de son client, Christian Ganczarski: "Il a accumulé un nombre incroyable de mauvaises nouvelles. Il devait sortir le 24 janvier, après 15 ans de prison, et puis nous avons appris lundi dernier qu’il y avait une demande d’extradition des Etats-Unis."

Sébastien Bono a contesté l'opportunité de cette extradition: "Il a toujours nié être le lieutenant de Ben Laden. (...) Il a déjà été jugé. Il a comparu après six ans d’instruction et six ans de détention provisoire. Il a eu cinq semaines de cour d’assises, une cour d’assises spéciale. Est-ce que vous pensez que si les magistrats professionnels de la cour d’assises spéciale de Paris avaient véritablement considéré qu’il était coupable de complicité d’assassinat de 21 personnes, il aurait eu une peine de 18 ans de réclusions criminelle seulement? Il a été condamné à cause de son parcours et un homme change." 

"Il devait encaisser" 

Il a assuré que son client, un Allemand d'origine polonaise, était incapable d'expliquer son geste. "Il a été placé à l’isolement, non pas parce qu’il représentait un danger mais simplement parce que c’était une nouvelle qu’il devait encaisser. Et puis les choses se sont enchaînées, et il n’explique pas son geste", assure Sébastien Bono.

Il a sollicité un examen psychiatrique pour Christian Ganczarski: "Ce n’était absolument pas prémédité. Il a un black-out, un trouble psychiatrique, un burn-out. C’est pourquoi j’ai demandé qu’une expertise psychiatrique soit ordonnée tout de suite."
Robin Verner