BFMTV

Suicide de Krisztina Rády: l'affaire relancée par une nouvelle plainte contre Bertrand Cantat

BFMTV

L'ex-épouse de Bertrand Cantat s'est suicidée en 2010. Selon nos confrères du JDD, le parquet de Bordeaux aurait décidé de rouvrir l'enquête après le dépôt d'une nouvelle plainte, relançant les investigations sur sa mort.

Mauvais timing pour Bertrand Cantat. Alors que l'ancien chanteur de Noir Désir doit remonter sur scène jeudi prochain, au Zénith de Paris, le parquet de Bordeaux aurait rouvert l'enquête sur la mort de son ex-femme Krisztina Rády. En 2010, après son suicide par pendaison, Bertrand Cantat avait été exonéré de responsabilités dans cette affaire. Mais une nouvelle plainte a été déposée il y a quelques jours, croit savoir le JDD dans son édition de dimanche.

Yaël Mellul, ancienne avocate du dernier compagnon de Krisztina Rády et présidente d'une association féministe, a été entendue le 23 mai par la police, pendant 4h30. "Les enquêteurs m'ont interrogée sur les éléments dont j'avais connaissance", explique-t-elle à l'hebdomadaire. Pour motiver sa plainte, elle explique sur BFMTV avoir été en contact avec d'anciens membres de Noir Désir, et accuse Bertrand Cantat d'avoir été violent avec son ex-femme. 

"Tout cet entourage-là avait parfaitement connaissance de la violence exercée par Bertrand Cantat sur Krisztina Rády, et du danger de mort qu’elle encourait", accuse-t-elle. "Et je pense notamment et précisément aux anciens membres de Noir Désir. Ces personnes-là ont sciemment menti", poursuit l'ancienne avocate.

"Violences physiques et psychologiques"

A l'issue de son audition, elle a donc porté plainte contre Bertrand Cantat pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

"L'objectif premier de ma plainte consistait à démontrer que le suicide de Krisztina Rády procédait d’une conséquence directement liée aux violences physiques et psychologiques commises par Bertrand Cantat", ajoute-t-elle sur notre antenne.

Auprès du parquet, elle a donc dénoncé le rôle qu'auraient joué ces violences. C'est son signalement qui a poussé le parquet à ouvrir une enquête préliminaire.

"On m'a notamment demandé au nom de quoi, si les ex-membres de Noir Désir avaient menti lors de l'ouverture de l'enquête, diraient-ils aujourd'hui la vérité? J'ai expliqué que, dans un contexte de libération de la parole, le moment était aussi venu pour eux de libérer leur conscience", avance-t-elle dans le JDD.

"Bertrand Cantat pourrait raconter ce qui s'est passé"

Il y a quelques semaines, la mère de Krisztina Rady témoignait sur BFMTV.

"Je ne sais pas ce qui s’est passé, je ne sais pas. Peut-être que Bertrand Cantat pourrait le raconter, on ne le sait pas et il ne parle pas de ça", avait-elle notamment déclaré, refusant d'accabler son ancien gendre. 

Bertrand Cantat a été condamné à 8 ans de prison en Lituanie en mars 2004 pour le "meurtre volontaire" de sa compagne, l'actrice Marie Trintignant, en août 2003. Six mois après sa condamnation, il a été transféré en France à sa demande, et a bénéficié d'une libération conditionnelle en octobre 2007. Son contrôle judiciaire lui imposait notamment de s'abstenir de produire tout ouvrage ou toute œuvre audiovisuelle liés à la mort de Marie Trintignant en août 2003 et également de ne pas s'exprimer publiquement sur ces faits. Des conditions qui ont pris fin en juillet 2010.

Charlie Vandekerkhove