BFMTV

SOS Racisme: le président relaxé en appel dans un procès contre Marine le Pen

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, a été relaxé ce jeudi par la cour d'appel de Paris, dans une affaire où Marine Le Pen le poursuivait en diffamation pour un communiqué évoquant la présence de la présidente du FN à un "bal antisémite" à Vienne - Jeudi 14 janvier 2016

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, a été relaxé ce jeudi par la cour d'appel de Paris, dans une affaire où Marine Le Pen le poursuivait en diffamation pour un communiqué évoquant la présence de la présidente du FN à un "bal antisémite" à Vienne - Jeudi 14 janvier 2016 - Photo d'illustration - AFP

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, a été relaxé ce jeudi par la cour d'appel de Paris, dans une affaire où Marine Le Pen le poursuivait en diffamation pour un communiqué évoquant la présence de la présidente du FN à un "bal antisémite" à Vienne.

Dans ce texte, publié le 28 janvier 2012, intitulé : "Marine Le Pen à Vienne, Dirty dancing", l'association antiraciste s'en prenait à la participation de la présidente du Front national à ce "bal immonde" coïncidant "avec le 67e anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz".

Condamné à une amende, dommages et intérêts

En première instance, le 12 juin 2014, Dominique Sopo, avait été condamné à 600 euros d'amende avec sursis et 1.000 euros de dommages et intérêts, et la même somme pour les frais de justice.

Il avait fait appel de sa condamnation, et a obtenu gain de cause jeudi. Dans sa décision, la cour d'appel de Paris a jugé qu'il était "légitime que Dominique Sopo, président d'une association de lutte contre le racisme, s'exprime sur l'attitude de la présidente d'un parti politique, candidate à l'élection présidentielle, dans la mesure où ce comportement lui apparaissait contraire à l'objet défendu par son association".

A.-F. L. avec AFP