BFMTV

Seine-Saint-Denis: agressé, un policier tire sur un jeune et le blesse

Policiers à moto dans la région parisienne

Policiers à moto dans la région parisienne - THOMAS SAMSON / AFP

Dans la nuit de vendredi à samedi, un policier a été roué de coups par des jeunes dans la ville de Sevran. Pour se défendre, il a sorti son arme et tiré sur l'un de ses agresseurs.

La nuit du 14 juillet a été mouvementée en Seine-Saint-Denis. Alors qu'un motard s'est tué à Aulnay-sous-Bois pour échapper à un contrôle de police, des membres des forces de l'ordre ont été la cible de jets de pierre à Sevran.

Dans le quartier de Pont-Blanc, deux motards de la compagnie de sécurisation de la police ont par ailleurs été pris à partie par des jeunes, dont certains étaient armés de barres de fer. Après être tombé à terre, l'un des policiers a été roué de coups. Pour se défendre, il a ainsi sorti son arme, blessant un jeune au bas-ventre, rapporte Le Parisien ce samedi.

Le jeune homme a été hospitalisé mais son pronostic vital n'est pas engagé, a indiqué une source proche de l'affaire au quotidien. L'inspection générale de la police nationale a par ailleurs été saisie, comme cela est toujours le cas lorsqu'un fonctionnaire de police fait usage de son arme.

Alliance condamne une "tentative d'assassinat"

"Les policiers sont devenus de la chair à canon", a dénoncé le secrétaire national adjoint du syndicat policier Alliance, Loïc Travers. Dans un communiqué, le syndicat a condamné une "tentative d'assassinat" à coup de "barres de fer, de parpaings".

Alliance a en outre dénoncé des festivités du 14 Juillet "une nouvelle fois émaillées d'incidents graves, visant les forces de l'ordre et les policiers en particulier", citant notamment des "attaques de commissariats, guet-apens, jets de mortiers, incendies volontaires".

Le syndicat a dans ce contexte réaffirmé son "opposition totale aux coupes budgétaires annoncées" par le gouvernement la semaine dernière, à hauteur de 526 millions d'euros, dans le cadre d'une diète imposée à l'ensemble des ministères. "Plus que jamais les forces de l'ordre ont besoin de moyens renforcés pour assurer un quotidien de plus en plus dangereux !", a-t-il estimé.

Me.R. avec AFP