BFMTV

Rixe à Sisco: un témoin évoque une agression raciste

Un homme a témoigné sur BFMTV ce mardi d'un acharnement raciste qui aurait causé la rixe à Sisco, en Haute-Corse, samedi dernier. Une version qui contredit celle évoquant une photo prise par des touristes de baigneuses en burkini.

Qui croire? L'élément déclencheur d'un différend ayant entraîné cinq blessés légers sur une plage du village de Sisco, en Haute-Corse, reste flou. Alors que certains témoins avaient parlé d'une bagarre entraînée par la prise de photos par des touristes de baigneuses en burkini, une autre version fait état, elle, d'un mobile raciste.

Une version opposée

Ce témoin, qui faisait partie d'un des groupes d'individus concernés par la rixe, faisait selon lui un "pique-nique" en famille quand "des jeunes se sont mis au-dessus des rochers" et auraient commencé à les "traiter d'arabes", de "bandes d'arabes" en leur disant qu'ils n'étaient "pas les bienvenus". Par peur, il aurait alors décidé de dire à sa famille de prendre ses "affaires" et de partir.

"Ils ont poussé ma femme enceinte par terre"

Arrivés au parking, "quatre voitures avec des battes, des pierres, et des armes" les auraient attaqués, a-t-il affirmé sur BFMTV mardi 16 août. D'après lui, ces personnes n'auraient "pas cherché à comprendre et ont commencé à (les) frapper". Ils auraient notamment "mis des coups de batte sur la tête" de son frère et auraient "poussé (sa) femme enceinte" par terre.

Les forces de l'ordre pointées du doigt

Après avoir essayé de "se défendre", les individus auraient ensuite "commencé à tirer des pierres". D'autres protagonistes, "des familles, des cousins et tout", se seraient aussi mêlés à la bagarre. Selon lui, il "y avait trop de monde" pour tenter de répliquer.

L'homme a remis en cause le travail des forces de l'ordre. Il a précisé que "les gendarmes nous braquaient avec leurs flingues et les autres en profitaient pour nous frapper". Pour lui, "ils avaient l'idée dans la tête qu'on était des Daesh ou je ne sais pas quoi".

Les véritables origines de la rixe se précisent

Malgré tout, selon l'envoyé spécial BFMTV à Bastia, l'enquête pour "violence en réunion avec armes et dégradation de biens par incendie" et visant "deux groupes de personnes présentes au moment des faits", fait son chemin. L'origine de la rixe a "été confirmée" ce mardi. Il s'agirait bel et bien "d'une photo prise par des jeunes de Sisco qui a mis le feu aux poudres". Ces derniers semblaient vouloir immortaliser le paysage. Ce geste a été "mal interprété par l'autre groupe de personnes qui était en train de se baigner à ce moment-là" a avancé l'envoyé spécial.

Ils étaient "âgés de 30 à 40 ans" et certaines femmes étaient voilées durant la baignade. Le ton est "vite monté et la situation a dégénéré". Des coups de couteau, des projectiles en verre et un fusil harpon ont été utilisés. Parmi ce groupe de personnes qui se baignait, "certains hommes étaient connus des services de polices pour des faits de délinquance de droit commun, pour du trafic de stupéfiants".

Les auditions se poursuivent ce mardi.

J. B. avec Matthias Tesson