BFMTV

Redoine Faïd: opérations de police en cours dans l'Oise

Selon nos informations, il s'agirait de perquisitions au domicile de plusieurs membres de la famille de Redoine Faid.

Des opérations de police ont débuté vers 6 heures ce mercredi à Creil, dans l'Oise, dans le cadre de l'enquête sur l'évasion de Redoine Faid, selon nos informations. Le braqueur multirécidiviste est en cavale depuis le 1er juillet dernier, après s'être échappé de façon spectaculaire de la prison de Réau, en Seine-et-Marne. 

Ces perquisitions, qui se sont déroulées dans plusieurs localités de l'Oise dont Creil, Méru et Compiègne, ciblaient des membres de l'entourage familial de Redoine Faïd, notamment ses frères Brahim et Larbi Faïd. Les enquêteurs n'ont procédé à aucune interpellation. L'opération a été menée par une cinquantaine de policiers de la Police judiciaire de Versailles et de l'office central de lutte contre la criminalité organisée.

Selon une source proche de l'enquête, les policiers n'espéraient pas arrêter mercredi matin ce "roi de la belle" qui a deux évasions à son actif, mais cherchaient plutôt à savoir s'il avait pu avoir des contacts avec des membres de sa famille.

En cavale depuis deux mois

Le 24 juillet, le fugitif de 46 ans a échappé de peu aux forces de l'ordre, dans le Val-d'Oise. Une course-poursuite avec des gendarmes s'est terminée dans le parking d'un centre commercial de Sarcelles où Redoine Faïd et son complice ont abandonné leur voiture et réussi à s'enfuir. Des fausses plaques d'immatriculation et des explosifs factices ont été découverts dans le véhicule. Les différentes analyses avaient par ailleurs permis d'identifier son complice, Rachid Faïd, son frère, lui aussi introuvable depuis le jour de l'évasion. 

Redoine Faïd a été condamné en avril à 25 ans de prison pour son rôle d'"organisateur" dans un braquage raté en 2010, qui avait coûté la vie à une policière municipale. Le 1er juillet, en quelques minutes à peine, il s'était évadé à bord d'un hélicoptère. Deux hommes portant des cagoules et des brassards de police, équipés de fusils d'assaut de type kalachnikov et de disqueuses, avaient sauté de l'appareil qui survolait la cour d'honneur du centre pénitentiaire de Réau, près de Melun. Après avoir scié plusieurs portes et lâché des fumigènes, ils avaient récupéré Redoine Faïd au parloir.

Cyrielle Cabot avec AFP