BFMTV

Rave party à Lieuron: cinq nouvelles mises en examen

Des participants à la rave party de Lieuron (Ille-et-Vilaine) se reposent dans un hangar désaffecté, le 1er janvier 2021

Des participants à la rave party de Lieuron (Ille-et-Vilaine) se reposent dans un hangar désaffecté, le 1er janvier 2021 - JEAN-FRANCOIS MONIER © 2019 AFP

Cinq personnes, soupçonnées d'avoir aprticipé à l'organisation de la rave party à Lieuron, le 31 décembre dernier, ont été mises en examen. Une autre est placée sous le statut de témoin assisté.

L'enquête progresse après l'organisation d'une rave party à Lieuron pour fêter le Nouvel an. Cinq personnes ont été mises en examen jeudi et vendredi par les deux juges d'instruction en charge de l'information judiciaire. Ces cinq hommes ont tous été laissés libre, sous contrôle judiciaire, indique le parquet de Rennes dans un communiqué.

Mercredi, six hommes, âgés de 21 à 26 ans, ont été interpellés en Ille-et-Vilaine et placés en garde à vue. Si certains ont reconnu avoir été présents sur les lieux de la rave party qui a duré du 31 décembre au 2 janvier dans un hangar à proximité de Rennes, tous excluent avoir participé à l'organisation de la soirée violant le couvre-feu et les règles imposées par la crise sanitaire.

5 mises en examen

Trois d'entre eux ont été présentés au juge d'instruction dès jeudi. Deux d'entre eux ont été mis en examen notamment pour "organisation sans déclaration préalable d’un rassemblement festif à caractère musical dans un espace non aménagé", "dégradation ou détérioration du bien d’autrui avec entrée par effraction", "mise en danger d’autrui par violation manifestement délibérée d’une obligation réglementaire de sécurité ou de prudence". Le troisième a été placé sous le statut de témoin assisté.

Vendredi, les trois derniers gardés à vue ont été présentés à leur tour aux juges d'instruction en charge de cette information judiciaire ouverte le 4 janvier dernier. Ils ont tous les trois été mis en examen pour "organisation sans déclaration préalable d’un rassemblement festif à caractère musical dans un espace non aménagé" et "vol, recel, d'usurpation de plaque d'immatriculation et faux et usage de faux document administratif".

Un appel au rassemblement samedi

En plus de ces cinq nouvelles mises en examen, quatre autres personnes ont déjà été mises en cause pour l'organisation de cette soirée à Lieuron, en Ille-et-Vilaine, à laquelle 2400 personnes ont participé. Au total, plus de 1200 personnes avaient été verbalisées pour avoir participé au rassemblement, avait annoncé le ministre de l'Intérieur.

Par ailleurs, le jeune homme de 22 ans, le premier mis en examen dans ce dossier, et incarcéré depuis le 4 janvier "pour les nécessités de l'enquête", précise le procureur de Rennes, a été remis en liberté, sous contrôle judiciaire. Il avait reconnu avoir participé à la rave party et avoir donné "un coup de main" aux organisateurs. Mais nie être l'organisateur principal.

Un appel à se rassembler a été lancé pour la journée de samedi à Rennes. "Cet appel à rassemblement n'ayant pas fait l’objet d’un dépôt de déclaration en préfecture, il ne s’inscrit dans aucun cadre légal", a expliqué la préfecture dans un communiqué. Un arrêté a été pris par le préfet interdisant "l’utilisation d’équipements de 'sound system' ayant pour but de transformer une manifestation en événement festif à caractère musical". Les autorités rappellent que "que l’organisation d’une manifestation en violation des dispositions de cet arrêté est passible d’une amende de 4e classe et de la saisie du matériel pour une durée de six mois, en vue de sa confiscation par le tribunal".

https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV