BFMTV
Police-Justice

Procès du 13-Novembre: la reprise des débats suspendue à l'état de santé de Salah Abdeslam

Salah Abdeslam répond aux questions de la cour d'assises spéciale qui juge les attentats du 13-Novembre, le 2 novembre 2021.

Salah Abdeslam répond aux questions de la cour d'assises spéciale qui juge les attentats du 13-Novembre, le 2 novembre 2021. - Benoit Peyrucq

Si le nouveau test Covid de Salah Abdeslam est négatif, le procès des attentats du 13-Novembre pourra reprendre jeudi.

Incertitude sur la poursuite du procès des attentats du 13-Novembre. Alors que les débats doivent reprendre ce mardi, notamment avec l'interrogatoire des accusés ayant rejoint la Syrie, les débats sont eux-aussi tributaires de la crise sanitaire et de l'état de santé de l'un des accusés Salah Abdeslam, testé positif au Covid-19 la semaine dernière.

Dans un communiqué, le parquet national anti-terroriste a fait savoir que l'audience de ce jour allait permettre de déterminer la date de reprise du procès, prévu pour durer jusqu'à fin mai.

"A la suite de l’infection par le Covid de Salah Abdeslam, des investigations médicales ont été diligentées par le président de la Cour d’assises spécialement composée pendant le temps de suspension des débats", indique le parquet.

Le calendrier fixé ce mardi

Salah Abdeslam, qui a refusé à plusieurs reprises de comparaître, a été testé une nouvelle fois lundi. Si son test est négatif, les débats pourront reprendre jeudi 6 janvier. S'il est positif, la date de reprise sera retardée.

L'audience de ce mardi permettra aux différentes parties d'être fixées sur un calendrier. Le cas échéant, "si Salah Abdeslam est positif, on attendra qu'il devienne négatif", a précisé une source proche du dossier.

La semaine dernière, le président de la cour d'assises spécialement composée, Jean-Louis Périès, avait évoqué la date du 13 janvier pour une reprise du procès. Une date qui correspondait à la période d'isolement, soit 17 jours, alors en vigueur. Cette période a depuis été réduite à 7 jours pour les personnes disposant d'un schéma vaccinal complet, 10 jours pour les autres.

Un planning chamboulé

La contamination de Salah Abdeslam, placé à l'isolement à la prison de Fleury-Mérogis, mais en contact avec des surveillants ou ses avocats, intervient alors que plusieurs clusters ont été détectés dans plusieurs prisons françaises. Selon le dernier relevé du minsitère de la Justice, 370 détenus ont été testés positif au covid.

Ce report va toutefois chambouler le planning initial de ce procès prévu pour durer jusqu'au 25 mai. Cela avait déjà été le cas à l'automne 2020, lorsque le procès des attentats de janvier 2015 avait été interrompu en raison de la contamination au Covid-19 de l'un des accusés. Le rendu du verdict s'en était vu lui-aussi retardé d'un mois.

https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV