BFMTV

Prise d'otage dans une radio dans l'Aube: le jeune mis en examen

Les membres du RAID lors de l'assaut des locaux de la radio, jeudi.

Les membres du RAID lors de l'assaut des locaux de la radio, jeudi. - -

Âgé de 17 ans, l'auteur présumé de la prise d'otage d'un animateur d'une radio locale jeudi, dans l'Aube, a été placé sous contrôle judiciaire. Samedi, plus d'une centaine de jeunes ont défilé à Troyes. pour le soutenir

Il n'a que 17 ans, mais il est déjà mis en examen pour "séquestration de personne suivie de libération volontaire". L'auteur de la prise d'otage jeudi d'un animateur de Radio Latitude, une radio locale à Pont-Sainte-Marie, près de Troyes, dans l'Aube, a été mis en examen vendredi soir et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris samedi auprès du parquet de Troyes.

Le jeune homme, interpellé jeudi par les agents du Raid après avoir lui-même libéré son otage, a été mis en examen par un juge pour enfants de Troyes. Selon une source proche du dossier, il a été placé en centre éducatif fermé. Il avait auparavant effectué 24 heures de garde à vue et fait l'objet d'examens psychiatriques.

Le jeune homme avait été interpellé par les hommes du Raid jeudi vers 15h30 alors qu'il était réfugié sur le toit de la radio. Une heure plus tôt, après une négociation avec un policier, il avait libéré son otage, un animateur de 18 ans, qu'il retenait depuis le milieu de la matinée.

Une plainte classée sans suite à l'origine

Le suspect était entré dans les locaux de la radio vers 10h45 et avait pris l'antenne de force, annonçant qu'il retenait en otage l'animateur tout en réclamant la présence du directeur de la station avec lequel il a un contentieux. Il s'était présenté, en faisant irruption dans la station, comme ayant déjà agressé en mars le directeur, un acte dont il devait répondre bientôt devant le tribunal pour enfants de Troyes.

Le preneur d'otage avait affirmé être armé d'un pistolet dont il disait vouloir se servir en cas d'intervention de la police, selon un document audio recueilli par la radio Champagne FM. Son différend avec le directeur de la radio remonte, selon lui, à l'époque où, âgé de 14 ans, il y avait fait un stage, avant de porter plainte, sans suite.

Samedi après-midi, environ 150 personnes, en majorité des jeunes de 15 à 18 ans, ont manifesté dans les rues de Troyes pour soutenir le jeune mis en examen et dénoncer le classement sans suite de sa plainte, selon la préfecture de l'Aube. La manifestation, organisée par des amis du preneur d'otage via les réseaux sociaux, s'est déroulée dans le calme.