BFMTV

Pour son avocat, Éric Drouet a été "utilisé et instrumentalisé"

L'avocat d'Éric Drouet, figure des gilets jaunes, a évoqué les tensions qui règnent entre son client et une autre gilet jaune à propos des noms de leurs pages Facebook. Il déplore également les nombreuses usurpations d'identité dont Éric Drouet fait l'objet sur internet.

L'avocat d'Éric Drouet, Khéops Lara, est revenu ce mercredi dans le Parisien sur la querelle publique survenue entre son client et une autre figure de proue des gilets jaunes en début de semaine. Lundi, Éric Drouet et Priscilla Ludosky avaient acté de leur prise de distance sur les réseaux sociaux.

Dans un message publié depuis supprimé, Priscillia Ludosky expliquait avoir refusé de modifier l'intitulé de sa page Facebook, comme le lui demandait son ancien acolyte. "La France en colère" afin qu'il ne soit pas confondu ou associé à sa propre page "La France en colère!!!". Éric Drouet, de son côté, expliquait vouloir se déresponsabiliser de la manifestation de Bourges à laquelle Priscillia Ludosky avait pris part et à laquelle il était désormais associé par confusion.

"Des faux comptes Twitter, de fausses cagnottes"

Me Khéops Lara dénonce encore les usurpations d'identité auxquelles son client doit faire face en raison de sa notoriété: "On a eu affaire à des faux comptes Twitter, des fausses cagnottes ou des gens qui lancent des appels à manifester sous le nom de mon client" énumère l'avocat.
"Des médias ont annoncé que le groupe administré par mon client organisait la manifestation de Bourges. Il y avait une ambiguïté, mon client a été utilisé et instrumentalisé", a déploré l'avocat mercredi, "et Priscillia Ludosky n’a jamais été claire pour démentir. Pourquoi veut-elle absolument garder le même nom de groupe que celui d’Eric Drouet, sachant que ça entraîne des confusions aussi pour ses propres actions à elle ?" s'interroge-t-il.

Si Me Khéops Lara reconnaît tout de même l'existence "de divergences" entre Éric Drouet et Priscillia Ludosky, il affirme qu'"il n’y a jamais rien eu de mal de la part d’Eric Drouet. Elle a parlé de menaces, en disant qu’elle déballerait des choses sur lui, on attend !". "La porte est toujours ouverte" confie-t-il cependant au Parisien

Drouet se joint à l'enquête dur Défenseur des droits

L'avocat maintient qu'Éric Drouet "continuera de manifester" et de défendre le référendum d’initiative citoyenne qui est une demande très relayée sur le terrain". Il précise, enfin, qu'il s'apprête à se joindre à l’enquête ouverte la semaine dernière par le Défenseur des droits sur de possibles atteintes à la liberté de manifester.

"Quand Eric Drouet a été entendu cinq heures par la police à Versailles en décembre, c’était assurément pour l’empêcher de manifester, je vais mettre tous ces éléments à disposition du Défenseur des droits", insiste Khéops Lara auprès du journal.

Le chauffeur routier, arrêté à deux reprises, va être jugé le 15 février pour "manifestation non déclarée" à Paris et le 5 juin pour "port d'arme prohibé" et "participation à un groupement formé en vue de violences ou de dégradations".

Jeanne Bulant