BFMTV
Police-Justice

Patrick Balkany refuse de sortir de prison pour aller à son jugement

Patrick Balkany devant le Palais de Justice de Paris le 22 mai 2019

Patrick Balkany devant le Palais de Justice de Paris le 22 mai 2019 - AFP

Le maire de Levallois-Perret a refusé de quitter la prison de la Santé pour se rendre au tribunal correctionnel de Paris pour son jugement pour "blanchiment à grande échelle" et "corruption". Il a été condamné pour les premiers faits, et relaxé pour les seconds.

Patrick Balkany a refusé son extraction de la prison de la Santé pour se rendre à son jugement dans le cadre de son procès pour corruption, selon des sources concordantes à BFMTV. Selon nos informations, il a officiellement signé un bon de refus reçu par le greffe. Patrick Balkany a donc appris ce nouveau jugement depuis sa cellule dans laquelle il dispose d'une télévision.

En son absence, mais devant une salle pleine à craquer, le tribunal a reconnu coupable Patrick Balkany mais aussi Isabelle et Alexandre Balkany, de blanchiment de fraude fiscale aggravé. Lui a écopé de 5 ans de prison ferme et elle 4 ans de prison ferme - une peine supérieure aux réquisitions du parquet qui avait réclamé 4 ans de prison avec sursis contre elle. Leur fils a été condamné à 6 mois de prison avec sursis. Le président du tribunal a estimé que le couple a "gravement porté atteinte à l’ordre public économique et à la solidarité nationale" même si aucun argent public n'a été détourné.

Relaxé pour les faits de corruption

Déjà condamnés pour fraude fiscale, les époux Balkany ont été fixés ce vendredi sur leur sort dans le second volet de leur procès pour "blanchiment à grande échelle". Pour ce qui concerne les faits de corruption, qui était reproché au seul maire de Levallois-Perret qui dort depuis un mois en prison, ce dernier a été relaxé. La justice a estimé, qu'au vu du dossier, il n'y avait pas d'éléments pour caractériser un pacte de corruption autour de l'attribution d'un marché pour la construction de deux tours à Levallois, projet qui n'a jamais vu le jour. 

Patrick Balkany était libre de refuser d'être extrait de prison pour la lecture de ce jugement. "C’est son droit le plus élémentaire, confirme Robin Binsard, avocat en droit des affaires pénales. Il a fait l’objet d’une demande d’extraction qui n’était pas de gré ou de force, donc le procureur n’a pas souhaité le contraindre à assister à l’audience." L'ancien maire de Levallois-Perret a sans doute voulu éviter de se présenter, menotté, encadré par des policiers, dans le box des accusés. Lors des six semaines d'audience, il a toujours comparu libre.

Cécile Danré