BFMTV

Nouvelle mobilisation des gilets jaunes: les forces de l'ordre au bord de l'épuisement

Après l'attentat de Strasbourg et à la veille du cinquième samedi de mobilisation prévu par certains gilets jaunes, le policier Loïc Travers, secrétaire national de la section Île-de-France du syndicat Alliance, revient sur BFMTV sur l'état moral des forces de l'ordre.

C'est la question qui divise au sein des gilets jaunes: doivent-ils, ou non, manifester ce samedi? Malgré les appels au calme et la mise en garde du gouvernement, plusieurs partisans de ce mouvement, apolitique et asyndical, ont maintenu leurs appels à descendre dans les rues de Paris ce samedi. Loïc Travers, secrétaire national de la section Île-de-France du syndicat de police Alliance, invité ce vendredi matin sur BFMTV, est revenu sur les inquiétudes des policiers face à la nouvelle journée qui se profile. "La police est très sollicitée depuis plus d’un mois avec le mouvement des gilets jaunes mais aussi depuis mardi avec les événements tragiques de Strasbourg", commente le syndicaliste.

"Il y a eu beaucoup de bonne volonté depuis le début, notamment pour interpeller les casseurs sur Paris", poursuit-il, avant de rappeler qu’avec l’épisode terroriste de Strasbourg et la "vigilance maximale due au plan Vigipirate", le moral des forces de l'ordre commence à "baisser". "La police va encore être sur-sollicitée samedi, comme l'a montré une note de service qui demande une présence de 100% dans les services", continue le syndicaliste.

"Il y a des jours de repos et des RTT qui sont supprimés, donc ça devient compliqué pour nous. Bien sûr, on ne lance pas de mot d’ordre et si cette manifestation se tient, les policiers seront présents, mais si jamais elles étaient annulées ou suspendues, ça permettrait à certains collègues de se reposer, dans un premier temps, ou bien de se consacrer à d’autres missions, liées à la problématique terroriste”, explique Loïc Travers.

Le policier indique en effet que même si les événements de Strasbourg sont terminés, la menace terroriste, elle, reste "bien présente" comme n'a eu de cesse de le répéter le ministère de l'Intérieur, notamment.

Également invité par BFMTV, Jean-Noël Barrot, député MoDem des Yvelines, plaide quant à lui pour les consultations citoyennes, dont la voie a été ouverte par Emmanuel Macron, lors de son allocution télévisée lundi soir. L’élu rappelle que les députés et élus locaux seront présents dans leurs permanences samedi, et conseille plutôt aux gilets jaunes de venir les rencontrer directement.

Selon Loïc Travers, "le problème majeur" avec les gilets jaunes c'est "qu'ils n'ont jamais respecté ce qui se fait depuis toujours": se plier à des consignes pour manifester, comme "l'établissement d'un parcours" par exemple. "Avec les difficultés de terrain, la tâche des policiers est plus complexe. On a eu un dispositif mobile qui a bien fonctionné, mais qui nous a épuisé", conclut notre invité.

VA