BFMTV

Notre-Dame: de 18h45 à 3h30, la course contre-la-montre des sapeurs-pompiers

Les pompiers étaient encore présents sur l'édifice mardi matin

Les pompiers étaient encore présents sur l'édifice mardi matin - Zakaria ABDELKAFI / AFP

Les pompiers sont finalement parvenus à maîtriser l'incendie, qui était partiellement éteint un peu avant 3h30 du matin.

Il était aux alentours de 18h45 ce lundi soir, lorsqu'un incendie s'est déclenché au niveau de la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le monument le plus visité de France et d'Europe. Quelques minutes plus tard, ralentis par la circulation, dense à cette heure-ci dans les rues de Paris, arrivent sur place les sapeurs-pompiers de Paris, qui commencent leurs opérations.

Selon les premières constatations, les premières flammes sont parties au niveau des combles, puis s'est rapidement propagé a une grande partie du toit. Les flammes ont dévoré la charpente, longue de plus de 100 mètres et baptisée "la forêt", en raison du grand nombre de poutres qu'il a fallu utiliser pour la mettre en place, chaque poutre provenant d'un arbre. Vers 20h, la flèche de la cathédrale s'effondre et observateurs et pompiers semblent pessimistes quant à la survie de Notre-Dame. 

Au fil des heures, plusieurs centaines de Parisiens, dont des fidèles, se sont réunis dans les rues adjacentes. Vers 1h du matin, ils se sont réunis vers le quai Notre-Dame, devant le pont qui relie la rive gauche à l'esplanade de la cathédrale, lorsque les autorités ont rétabli partiellement la circulation.

"C'était bouleversant de voir une telle ferveur et une telle foule. On était en communion de prière avec des millions de chrétiens dans le monde", résume Etienne Vermersch, "catholique pratiquant", qui a prié "pendant des heures et des heures", explique l'une d'entre elles. 
Notre-Dame: de 18h45 à 3h30, la course contre-la-montre des sapeurs-pompiers
Notre-Dame: de 18h45 à 3h30, la course contre-la-montre des sapeurs-pompiers © Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

400 pompiers

Quatre cents pompiers avec 18 lances à incendie, certains juchés sur des bras mécaniques à des dizaines de mètres de hauteur, ont lutté pour tenter de circonscrire au plus vite le feu. L'eau était pompée directement depuis la Seine située à quelques dizaines de mètres, à l'aide de petites embarcations reliées à d'immenses tuyaux.

A l'intérieur de la cathédrale, d'autres militaires, au péril de leur vie, tentent d'empêcher les flammes de se propager au niveau des deux tours, où sont les cloches et le bourdon de Notre-Dame. Un temps imaginée, l'utilisation de canadairs est rapidement écartée, le poids de l'eau risquant de mettre en péril la structure même de la cathédrale et des habitations voisines. "Le largage d'eau par avion sur ce type d'édifice pourrait en effet entraîner l'effondrement de l'intégralité de la structure", a tweeté la Sécurité civile.

Vers 22h50, le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris estimait que les "deux tours de Notre-Dame (étaient) sauvées" et sa structure "sauvée et préservée dans sa globalité." En marge de leurs opérations, les soldats du feu ont également réussi à mettre à l'abri 30% des œuvres et du mobilier du bâtiment, et le trésor de Notre-Dame a, semble-t-il, été sauvegardé. 

Notre-Dame: de 18h45 à 3h30, la course contre-la-montre des sapeurs-pompiers
Notre-Dame: de 18h45 à 3h30, la course contre-la-montre des sapeurs-pompiers © Bertrand GUAY / AFP

Doutes sur la structure

Finalement, c'est un peu avant 3h30 du matin que le feu a été maîtrisé et partiellement éteint. Malgré la fin de l'incendie, de nouvelles questions se posent quant à la structure même du bâtiment, logiquement fragilisée par le sinistre. 

Tôt ce lundi matin, le Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nunez a de nouveau salué le travail des pompiers, soulignant également que "le sujet bâtimentaire" était actuellement prioritaire. Une réunion est prévue vers 8h du matin avec les architectes de bâtiments de France, elle déterminera si les pompiers peuvent travailler en toute sécurité à l'intérieur de la cathédrale. 

Une centaine de pompiers restent actuellement sur place afin d'empêcher tout nouveau foyer d'incendie de se former. Ce n'est que lorsque le feu sera maîtrisé à 100% que que la police scientifique prendra le relais afin d'effectuer les premières constatations et prélèvements et ainsi, déterminer les origines de l'incendie. 

Hugo Septier