BFMTV

Nice: une serveuse agressée parce qu'elle servait de l'alcool

C'est dans cette rue du centre-ville de Nice que l'agression se serait produite.

C'est dans cette rue du centre-ville de Nice que l'agression se serait produite. - Capture Google Streetview

Une plainte a été déposée par le gérant d'un café de Nice après l'agression d'une de ses serveuses. La raison: la jeune femme tenait un plateau avec des verres d'alcool en ce mois de ramadan.

Les enquêteurs restent ce mardi très prudents. Le propriétaire d'un café du centre-ville de Nice a porté plainte après l'agression de l'une de ses serveuses lundi soir, a appris mardi BFMTV.com, confirmant une information de Nice-Matin. Une enquête est en cours et a été confiée à la sûreté départementale des Alpes-Maritimes. 

Les faits se sont produit lundi soir. La serveuse de ce café situé rue Lamartine se fait interpeller par un passant sur le trottoir. Selon le quotidien régional, ce dernier lui reproche de servir de l'alcool en ce premier jour de ramadan

"Deux individus sont arrivés, l’un d’entre eux a commencé à parler à la serveuse en lui indiquant que ce qui était au niveau de l’arrière bar c’était de l’alcool, qu’il est interdit d’en servir pendant le mois du ramadan", témoigne sur RMC le gérant du bar.

"Je t'aurais déjà étranglée"

Le ton monte. La jeune femme lui rétorque que rien ne lui permet de la juger. "J'ai répondu que je ne voyais pas quel était le problème, que j'avais un travail et qu'il fallait que je le fasse", raconte la victime. Une remarque qui passe très mal. "Si j'étais dieu, je t'aurais déjà pendue", lui assène-t-il avant de la frapper. "Il lui a mis un gros coup qui l’a fait bondir d’un mètre et elle est retombée sur la tête, poursuit son patron. Elle a été surprise par la violence."

"Alors qu’elle travaillait dans l’hôtellerie en Tunisie, elle n’a jamais eu ce type de problème, poursuit-il. Elle a été très frappée de voir ce comportement là en France."

Cette serveuse, qui présente un hématome important à l'arcade sourcilière, a porté plainte pour agression, de même que le propriétaire de l'établissement, ont-ils indiqué à l'AFP. Ce dernier a également porté plainte pour menaces, les mêmes individus ayant déjà tenté, trois jours auparavant, de le dissuader de vendre des boissons alcoolisées pendant le mois de jeûne.

Les enquêteurs disposeraient des images de vidéo-surveillance de la rue du centre-ville niçois. Sur les images vidéo enregistrées par l'établissement, que l'AFP a pu consulter, on verrait très nettement deux individus. Contactées, les autorités ne souhaitent ni confirmer, ni infirmer cette version préférant laisser le temps à l'enquête.

J.C.