BFMTV

Nice: le carnaval sous haute protection policière

Après Dunkerque la semaine dernière, c'est au tour de Nice de célébrer son carnaval. Entre chars et déguisements, une unité dédiée de forces mobiles, des policiers de la BAC et des militaires seront présents pour assurer la sécurité des participants.

"On était prêts à tout annuler mais une réunion en décembre avec le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a été décisive." De l'aveu même de l'adjoint au maire en charge du tourisme, la crainte est présente en ce jour de lancement de l'édition 2016 du carnaval de Nice qui accueille chaque année 400.000 personnes selon le ministère de l'Intérieur et 600.000, dont 120.000 places vendue, selon les organisateurs.

Entre chars et déguisements, d'importants renforts policiers vont être déployés dans la ville pour assurer la sécurité des participants à cet événement. La sécurisation du centre-ville sera assurée par une unité dédiée de forces mobiles, des policiers de brigades anticriminalité (BAC) et des militaires de l'opération Sentinelle, a précisé Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur. La sécurité des chars fera elle l'objet d'une attention particulière, tandis que les services du renseignement territorial seront renforcés.

Portiques détecteurs, contrôles visuels et chiens

Détaillant le dispositif, Christian Estrosi, le député-maire de Nice, a précisé qu'il y aurait trois cercles de sécurité. Le premier sera "étanche", autour de la place où se déroulera samedi soir le premier "corso" nocturne de chars animés avec leurs gigantesques figures en papier mâché, qui rendront hommage aux victimes de Charlie Hebdo en déclinant la thématique des médias. Autour de la place des portiques détecteurs de métaux seront installés ainsi que des conteneurs pour déposer des objets dangereux ou des armes factices confisqués.

Un même dispositif étanche entourera les places payantes des "batailles de fleurs", défilés de chars fleuris qui se déroulent sur la Promenade des Anglais, le premier samedi après-midi. Dans un deuxième cercle élargi du centre-ville, il y aura un contrôle visuel important. Le troisième cercle concerne les accès à la ville. Le dispositif comprendra 90 agents de sécurité privés, des équipes de déminage, des chiens repérant les explosifs, a détaillé le maire. 

Armes factices "proscrites"

Par ailleurs, les déguisements volumineux ou ceux accompagnés d'armes factices sont "proscrits" par la préfecture. La police niçoise s'était massivement mobilisée l'année dernière après le signalement d'un jeune homme en route pour une fête déguisée dans son lycée avec une arme factice. L'édition 2015 du carnaval de Nice avait également été marqué par un renforcement de la sécurité.

L'an dernier, la protection du carnaval avait été multiplié par deux, en réaction aux attentats contre Charlie Hebdo et la prise d'otages à l'Hyper Cacher. Nice avait également été placé en niveau "alerte attentat" après l'agression au couteau par un homme de trois militaires qui montaient la garde devant un centre communautaire juif. A la suite des attentats du 13 novembre, le ministère de l'Intérieur a tenu à doter à nouveau la ville de "mesures de sécurité renforcées" pour la durée du carnaval 2016 qui se tient du 13 au 28 février.

"Si nous n'avions pas eu les moyens d'assurer la sécurité, nous aurions dû annuler. On continue de vivre et de sourire, le carnaval est un bon moyen pour le démontrer", conclut, avec optimisme, Rudy Salles, l'adjoint au maire en charge du tourisme.

Exercice de simulation en vue de l'Euro

Juste après le carnaval, Nice devra se préparer à un autre événement populaire: l'Euro 2016 de football. Comme l'explique Le Monde, un exercice de simulation d'attaques contre l'Allianz Riviera, le stade de la ville qui accueillera les rencontres sportives, se tiendra le 8 mars prochain, comme se fut déjà le cas à Lens. "Toutes les hypothèses seront testées, y compris une attaque nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique [NRBC]", indique au quotidien du soir François-Xavier Lauch, sous-préfet des Alpes-Maritimes. 

La ville de Cannes rencontre les mêmes problématique de sécurité avant le Festival au mois de mai prochain. Deux exercices de simulation d'attentats sont également prévus en mars et en avril, poursuit Le Monde. Pendant la durée du festival, un "plan communal de prévention du terrorisme" pour faire face à des attaques sera mis en place, promet Yves Daros, le directeur de la police municipale. 

J.C. avec AFP I vidéo: B. Ruiz, L. Mercier