BFMTV

Nantes: un dispositif "spécial" de sécurité mis en place pour les rassemblements d'hommage à Steve

La préfecture de Loire-Atlantique a pris un arrêté pour interdire toute manifestation dans le centre-ville de Nantes alors que deux appels au rassemblement en hommage à Steve Maia Caniço ont été lancés dans d'autres zones. Les autorités redoutent des violences.

Une manifestation "légitime" et un centre-ville de Nantes interdit de rassemblement pour la journée de samedi. "Nous ne voulons pas que ces individus volent à la collectivité le moment d'émotion qui est souhaité par tous les amis de Steve", a fait savoir le préfet de Loire-Atlantique, Claude d'Harcourt ce vendredi matin. Les autorités ont pris des "dispositions particulières et spéciales" alors que des appels à rendre hommage à Steve Maia Caniço ont été annoncés samedi à Nantes.

Le préfet a confirmé que deux rassemblements étaient prévus: l'un à 11 heures sur l'île de Nantes, l'autre à 13 heures sur "un axe traditionnellement utilisé par les manifestations". Les lieux, les dates sont susceptibles d'évoluer puisque pour l'heure les autorités n'ont pas reçu de déclaration de manifestation, et n'ont pu identifier d'organisateurs. Des hommages jugés "légitimes" où le respect de la sérénité des personnes présentes est prioritaire.

"Il y a bien une manifestation légitime pour tous ceux qui sont dans un état d'émotion (...) puissent manifester sereinement mais nous ne voulons pas se greffe sur cette démarche d'émotion une catégorie d'individu qui a fait savoir qu'elle viendrait perturber cet état d'esprit", a insisté le préfet.

Contrôles préventifs

En réalité, les autorités redoutent que des manifestants ultra violents, des black blocs, des radicaux, des membres de l'ultra-gauche ou une partie de la mouvance radicale des gilets jaunes, viennent se joindre à ce rassemblement alors que des appels circulent. Ainsi il sera interdit de se rassembler dans plusieurs périmètres de la ville, qui comprennent les magasins et les bâtiments publics, comme la mairie ou le tribunal de grande instance de Nantes entre 10 heures et 20 heures.

"Nous disposons d'informations concordantes sur la volonté d'un certains nombres groupes activistes d'en découdre avec les forces de police, avec les institutions publiques (...) et de perturber un rassemblement prévu, projeté, par la communauté qui s'est réunie autour de la disparition de Steve Maia Caniço", a rappelé Claude d'Harcourt.

nantes
nantes © -

Côté dispositif, aucun chiffre n'a été communiqué sur le nombre de policiers et gendarmes qui vont être déployés dans la ville de Nantes afin de faire respecter l'interdiction de rassemblement dans le périmètre établi par la préfecture, "les deux centre-villes". Afin d'anticiper la venue d'individus violents, des contrôles préventifs des sacs et des coffres sur les axes routiers vont être mis en place par les gendarmes pendant la journée de samedi dans le département de Loire-Atlantique mais aussi dans les départements limitrophes. Idem dans les gares et bus. 

Trois arrêtés préfectoraux ont également été pris pour interdire le port d'armes pouvant constituer une arme, mais aussi l'achat et la vente au détail de carburant et la vente, le transport et l'utilisation d'artifice. Des mesures déjà prises dans le passé lors des manifestations des gilets jaunes à Nantes. "La ville 'na pas été épargnée, reconnait Laurent Le Tallec, délégué Unsa Police à Nantes. Les collègues sont fatigués mais ils seront présents demain." 

Justine Chevalier