BFMTV

Nantes: le corps retrouvé dans la Loire est bien celui de Steve Maia Caniço

Une fresque réalisée en hommage à Steve Caniço par deux artistes, Eric et Lucas, le 29 juillet 2019 à Nantes.

Une fresque réalisée en hommage à Steve Caniço par deux artistes, Eric et Lucas, le 29 juillet 2019 à Nantes. - Artistes - Eric et Lucas / Loïc Venance - AFP

Au lendemain de la découverte d'un corps dans la Loire, les premiers éléments de l'autopsie ont confirmé ce mardi qu'il s'agissait bien de l'animateur scolaire disparu le 22 juin dernier.

Le corps retrouvé dans la Loire ce lundi soir est bien celui de Steve Maia Caniço, disparu dans la nuit du 21 au 22 juin à Nantes. Une autopsie l'a confirmé ce mardi, selon des sources concordantes à BFMTV. 

Des effets personnels ressemblant à ceux que portaient le jeune homme le jour de sa disparition avaient été retrouvés sur le corps repêché hier, d'après une source proche du dossier. Il s'agissait d'une chaîne en or, d'une chemise et d'une chaussure. 

Steve Maia Caniço avait 24 ans et était animateur scolaire. Le soir de la Fête de la musique, il participait à une soirée sur le quai du Président-Wilson à Nantes. Dans la nuit, des policiers sont intervenus pour déloger les dernières personnes encore présentes après l'heure fixée par les autorités. 

Lors de cette intervention policière qui reste floue, 14 personnes sont tombées dans la Loire. Des pompiers et une association de sauvetage en ont aidé certains, d'autres sont sortis de l'eau par leurs propres moyens. Steve Maia Caniço demeurait introuvable depuis ce soir-là.

Une information judiciaire ouverte pour "homicide involontaire"

Ce mardi, une information judiciaire pour "homicide involontaire" a également été ouverte, peu avant la confirmation que le corps retrouvé lundi dans la Loire était bien celui de Steve Maia Caniço. 

Plusieurs procédures sont actuellement en cours pour tenter d'éclaircir les circonstances de l'intervention policière, dont une plainte collective déposée par 89 personnes pour "mise en danger de la vie d'autrui et violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique" et une enquête de la police judiciaire à la suite de "dix plaintes de policiers qui ont été blessés lors des événements de la Fête de la musique" selon le procureur. Le Défenseur des droits s'est également saisi du dossier. 

Liv Audigane avec le service police-justice de BFMTV