× BFMTV
Découvrez l'application
BFMTV
INSTALLER
Un gendarme travaille sur un prélèvement d'ADN, en octobre 2007 dans les locaux du Service central d'Analyse génétique de la gendarmerie (SCAGGEND) à Cergy-Pontoise.
 

La juge d'instruction en charge de l'enquête sur la mort d'Elisa Pilarski a confirmé avoir renoncé à un premier devis d'analyse trop onéreux des ADN des chiens mis en cause. Face à un budget étriqué, le coût des expertises entre en compte dans l'avancée de l'enquête.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire