BFMTV

Meurtre de Mireille Knoll: la possible arme du crime retrouvée

Une photo de Mireille Knoll punaisée sur la porte de son appartement à Paris le 27 mars 2018

Une photo de Mireille Knoll punaisée sur la porte de son appartement à Paris le 27 mars 2018 - Laetitia PERON © 2019 AFP

À moins d'une semaine de l'ouverture du procès pour le meurtre de cette octogénaire, un nouvel élément a été versé au dossier, selon Le Parisien. Il s'agit du couteau qui pourrait avoir servi à tuer la victime.

Ce nouvel élément va-t-il rebattre les cartes? Plus de trois ans après le meurtre de Mireille Knoll, Le Parisien révèle qu'un couteau pouvant correspondre à l'arme du crime a été retrouvé sous la machine à laver du frère de Yacine Mihoub, l'un des deux accusés. Il avait passé la nuit chez son frère après le meurtre à caractère antisémite de l'octogénaire, le 23 mars 2018.

Ce nouvel élément, confirmé à BFMTV.com par Me Gilles-William Goldnadel, l'avocat des parties civiles, a été versé au dossier le 15 octobre, soit moins d'une semaine avant le début du procès de Yacine Mihoub et Alex Carrimbacus.

"C'est un élément accablant de plus, pour moi ça ne change rien", balaie Me Goldnadel, qui présage déjà de ce que plaideront les mis en cause: "Ils vont dire que ce n'est pas à eux. Comme tout ce que dit Mihoub, ce sera des mensonges. Le dossier parle de lui-même, on n'a pas besoin de ça pour savoir ce qui s'est passé", estime-t-il auprès de BFMTV.com.

Pas de profil génétique mis en évidence

Si ce couteau correspond à la description de l'arme du crime faite par Alex Carrimbacus lors de l'instruction, il ne porte pas le profil génétique des accusés.

"Alex Carrimbacus clame son innocence depuis plus de trois ans. Ce nouvel élément vient conforter ses déclarations, à savoir qu’il n’a à aucun moment eu l’arme du crime entre les mains", réagissent ses avocats, Mes Karim Laouafi et Merabi Murgulia, auprès du Parisien.

Des traces de sang ont été détectées sur l'arme et sont en cours d'analyse afin de déterminer si elles peuvent appartenir à la victime, une rescapée de la Shoah poignardée à onze reprises et partiellement calcinée dans son appartement du 11è arrondissement de Paris.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV