BFMTV

Meurtre d'Eva: la compagne du commanditaire présumé le décrit comme "calme" et "patient"

Début août, le corps en partie décomposé de la jeune Eva Bourseau avait été retrouvé dans un appartement toulousain, plongé dans une malle en plastique remplie d'acide. Un étudiant de 23 ans est soupçonné d'être le commanditaire du crime. Mais pour sa petite amie, le scénario ne colle pas.

Le 3 août dernier, le corps d’une étudiante toulousaine, Eva Bourseau, était retrouvé dans une malle, en partie décomposé. Les suspects, trois étudiants aux parcours studieux, ont été interpellés quelques jours après la macabre découverte. Ils ont notamment tenté de faire disparaître le corps avec de l’acide, en s’inspirant de la série américaine Breaking Bad. Pour la première fois, la petite amie du commanditaire présumé s’exprime, au micro de BFMTV.

"Quelqu'un de dangereux"

Celui que les enquêteurs soupçonnent d'être le commanditaire de ce meurtre atroce s'appelle Guillaume. Agé de 23 ans, surnommé "le Chinois" en raison de ses origines asiatiques, adopté par une famille toulousaine aisée, il était jusqu'en juin dernier étudiant en école de commerce.

Eva, qui connaissait le jeune homme depuis le début de l'année, avait envers lui une dette liée à la drogue, d'un montant de 750 euros. Grand consommateur de stupéfiants, Guillaume était à la tête d'un petit trafic. "La tête de réseau est décrite comme quelqu'un de dangereux, d’armé", a dit à son sujet Pierre-Yves Couilleau, procureur de la République de Toulouse. 

Un jeune homme "calme, patient, attentionné"

Une description qui a sidéré la petite amie de Guillaume. La jeune femme, qui a souhaité garder l'anonymat, a accepté de nous rencontrer, car pour elle, le profil du commanditaire décrit par les enquêteurs ne colle pas.

"Dangereux. Non. Violent, encore moins. Et armé… non. Guillaume, il est calme, patient, attentionné. Enfin rien de tout ça", assure-t-elle. Selon elle, Guillaume et Eva entretenaient de bonnes relations. "Je l’ai (Eva, NDLR) rencontrée à deux reprises. A une soirée il m’a dit 'tiens regarde c’est Eva, on va lui dire bonjour'. C’était de bons amis. S'il avait quelque chose à lui demander, vu qu’ils avaient de bons contacts, il lui aurait demandé directement", estime-t-elle.

De son côté, Guillaume continue de contester fermement tout lien avec le meurtre. Il devrait être entendu par le juge d’instruction dans les prochains jours.

A.S. avec Nicolas de Labareyre, Elsa Jirou, Heloïse Paliwoda