BFMTV

Marseille : un homme abattu Gare St-Charles après avoir attaqué des passants au couteau 

BFMTV

Au moins deux passantes ont été tuées dans une attaque au couteau à la gare de Marseille-Saint-Charles. Une enquête de flagrance a été ouverte, notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste". Dans la soirée, Daesh a revendiqué le double meurtre.

Au moins deux personnes ont été mortellement poignardées ce dimanche à la gare de Marseille-Saint-Charles (Bouches-du-Rhône). L'auteur des coups de couteau a été abattu par des militaires de l'opération Sentinelle. 

Deux femmes égorgées, un communiqué de Daesh dans la soirée

Les victimes sont deux femmes, l'une a été égorgée et l'autre poignardée. D'après les premiers éléments recueillis par les policiers, notamment grâce à la vidéo-surveillance, la piste terroriste a été très vite privilégiée. Dans la soirée, Daesh a d'ailleurs revendiqué les assassinats vie son organe de propagande. "L'auteur des attaques au couteau dans la ville de Marseille (...) provient des soldats de l'Etat islamique", assure une "source de sécurité", a ainsi déclaré la publication de l'"agence" Amaq. 

Une enquête de flagrance a été ouverte pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste", "tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Le parquet antiterroriste a été saisi. 

La police nationale des Bouches-du-Rhône a confirmé sur Twitter qu'une opération était en cours à la gare de Marseille-Saint-Charles et recommande "d'éviter le secteur". Le trafic SNCF a par ailleurs interrompu. Il a repris partiellement dans l'après-midi. 

Conformément à ce qu'il avait annoncé peu après la survenue des faits, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est rendu sur place. Il a pris la parole ce dimanche soir depuis la gare de Marseille-Saint-Charles. Il a fait observer qu'une enquête était ouverte "au niveau local et national", notamment pour "connaître l'identité de l'individu" et celle "des deux personnes assassinées ". "Cet acte pourrait être de nature terroriste, mais à cette heure nous ne pouvons pas l’affirmer", a indiqué le ministre de l'Intérieur. 

"Deux coups de feu"

Une témoin qui se trouvait non loin de la gare Saint-Charles au moment des faits a rapporté sur BFMTV avoir entendu "deux coups de feu".

"Il y a eu deux coups de feu sur l'esplanade de la gare Saint-Charles. Il y avait des militaires et des policiers en civil. Après il y avait un attroupement sur les escaliers, (...) puis deux minutes après ils sont partis en courant, une femme est venue se réfugier chez nous. Ça s'est passé très vite, après ils ont sécurisé le périmètre (...) Les grands escaliers sont sécurisés et l'esplanade, l'intérieur je ne sais pas du tout."

Le déroulé des faits

Vers 13h30 ce dimanche après-midi, un homme était assis sur un banc, avant de s'attaquer soudainement à des passants sur le parvis de la gare de Marseille-Saint-Charles. Armé d'au moins deux couteaux selon nos informations, il a tué deux femmes, dont l’une a été poignardée et l’autre égorgée. D'après les images de vidéosurveillance, la première victime était elle aussi assise sur un banc au moment où il l'a frappé mortellement. Se mettant alors à courir, il s'en est pris à une autre femme. Un passant a tenté de s'interposer, en lui donnant des coups de canne mais sans succès.

Reprenant sa course, il s'est alors jeté contre les trois militaires de l'opération Sentinelle qui venaient déjà à sa rencontre. Voyant que l'individu ne s'arrêtait pas aux sommations, ceux-ci ont alors ouvert le feu, par deux fois, le blessant très grièvement. Un policier en civil s'est ensuite chargé de le menotter. L’assaillant est mort quelques minutes plus tard de ses blessures. En passant à l'acte, l'homme a crié "Allahou Akbar" selon plusieurs témoins.

L'identité réelle de l'assaillant en cours de vérification

D'après les premiers éléments recueillis par les policiers, notamment après le visionnage de la vidéo-surveillance, la piste terroriste est privilégiée. Le parquet antiterroriste a été saisi de l'enquête de flagrance, ouverte pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste", "tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

L'assaillant était fiché sous différentes identités et connu pour des faits de droit commun (vol à l'étalage, trafic de stupéfiants) d'après le relevé de ses empreintes. D'après notre journaliste Dominique Rizet, il était aussi coupable de présence irrégulière en France. Selon nos information, en se fondant sur ces identités, l'âge de l'homme était compris entre 30 et 35 ans. L'identité réelle de cet individu est toujours en cours de vérification. 

Liv Audigane et Robin Verner, avec Alexandra Gonzalez et Claire Andrieux