BFMTV

Manifestation du 1er mai: 1.200 individus cagoulés présents en marge du cortège

Environ 1.200 individus cagoulés et masqués, selon la police, se sont placés en amont du cortège syndical du 1er Mai, à Paris. De violents incidents ont éclaté.

Alors que la manifestation parisienne du 1er-Mai devait s'élancer vers 15 heures ce mardi depuis la place de la Bastille, le cortège syndical a été bloqué par un rassemblement d'environ 1.200 individus cagoulés, masqués et vêtus de noir, à hauteur du pont d'Austerlitz, selon la préfecture de police de Paris. 

"Premiers de cordée, premiers guillotinés", pouvait-on notamment lire sur une des banderoles brandies par les black blocs, en référence à l'expression utilisée par Emmanuel Macron lors de sa première interview télévisuelle en tant que président de la République.

Un McDo et une concession vandalisés

La situation a rapidement dégénéré en marge de ce cortège officiel qui a finalement pu s'élancer vers 15h40. Des objets incendiaires ont été lancés dans un restaurant McDonald's près de la gare d'Austerlitz, les vitrines ont également été brisées, le mobilier renversé.

Les membres de ces black blocs s'en sont pris également à une concession Renault en jetant un cocktail Molotov à l'intérieur, tout comme à une auto-école. Un engin de chantier a été incendié et du mobilier urbain brisé. 

200 black blocs interpellés

Ces "black blocs" ont ensuite jeté des projectiles, comme des pavés, sur les forces de l'ordre, déployés boulevard de l'Hôpital dans le 13e arrondissement de Paris, où ont eu lieu ces violents incidents.

Les forces de l'ordre ont répliqué à l'aide de gaz lacrymogène. Les CRS ont également utilisé des camions à eau pour éteindre les feux et disperser ces individus cagoulés.

Les forces de l'ordre ont, vers 17 heures, maîtrisé un groupe de 200 black blocs. Le préfet de police de Paris Michel Delpuech a confirmé ce chiffre de 200 interpellés lors d'une conférence de presse organisée en fin d'après-midi, précisant que plusieurs dizaines d'entre eux ont déjà été orientés vers des commissariats.

Le préfet de police a en outre indiqué que 3 individus ont été interpellés pour jets de projectiles, et 4 autres pour port d'armes prohibées.

Black Blocs
Black Blocs © -

1.500 hommes mobilisés

La préfecture de police de Paris avait anticipé des risques de débordements. Alors que le parcours a été raccourci par rapport à l'an dernier, dans la capitale, 22 compagnies de CRS ont été mobilisées et cinq escadrons de gendarmes mobiles. Au total, ce sont 1.500 policiers et militaires qui ont été déployés. Des contrôles ont été réalisés en amont de la manifestation: deux individus, porteurs de marteaux et burins, ont été interpellés place de la Bastille. Ils ont été placés en garde à vue.

"Le problème est que les mesures n'ont pas été prises sans doute en amont. Il faut interpeller en amont", a toutefois déploré le secrétaire général du syndicat Unité SGP Police de Force ouvrière, Yves Lefebvre, sur BFMTV, estimant que ces individus sont reconnaissables. Une vision nuancée par David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale, parlant de "stratégie quasi militaire". "Ils ont des techniques de rassemblement particulièrement efficaces", indique-t-il, détaillant des arrivées "par petit groupe" avant un rassemblement à des points préalablement définis sur les réseaux sociaux ou par SMS.

"Ils s'équipent en quelques secondes", insiste David Le Bars.

Le cortège officiel se désolidarise

Rapidement, les représentants du cortège syndical, qui a rassemblé 20.000 personnes selon la police, se sont désolidarisés de l'action de ces groupes autonomes. La préfecture de police de Paris a demandé aux manifestants du rassemblement officiel d'emprunter un nouvel itinéraire afin de poursuivre la manifestation. "Toute ma solidarité aux commerçants et riverains touchés ainsi qu'aux manifestants qui défilaient dans le calme pour le 1er-Mai", a réagi la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Alors que les premières critiques se font entendre concernant la sécurisation de cet événement, et notamment sur le fait que des individus, munis d'engins incendiaires, ont pu se rassembler, le ministre de l'Intérieur a condamné "avec fermeté les violences et dégradations commises en marge du défilé". "Tout est mis en œuvre pour faire cesser ces graves troubles à l’ordre public et appréhender les auteurs de ces actes inqualifiables", a ajouté Gérard Collomb sur Twitter.

Justine Chevalier