BFMTV

Manifestations du premier mai: les commerçants et les restaurateurs craignent des débordements

Sur le passage des traditionnelles manifestations du premier mai, les commerçants et les restaurateurs se préparent alors que la Préfecture redoute des débordements.

Si premier mai rime avec muguet, premier mai rime également avec manifestations. Et à l’occasion du cinquantième anniversaire de mai 68 sur fond de contestation sociale, la Préfecture de Paris craint des débordements. À 14h30 à l’appel de la CGT et de l'union syndicale Solidaires, une manifestation partira de la place de la Bastille pour rejoindre la place d’Italie où elle doit se disperser aux alentours de 18h30. D’autres manifestations sont prévues place de la République, place des Fêtes ou encore place des Pyramides.

Les commerçants et les restaurateurs sont inquiets. Place d’Italie, une banque est complètement murée par des plateaux de bois, ses dirigeants craignant des débordements. La préfecture de police a mis en garde contre des "risques de troubles à l’ordre public". Un peu plus loin, un ouvrier doit attacher son matériel pour qu’il ne soit pas utilisé comme projectile: "La police m’a demandé de déménager le matériel, chose impossible. On va du coup très bien le ranger et le 'cercler'. Le matériel sera attaché et personne ne pourra s’en servir", explique-t-il.

Les manifestations prévues à Paris pour le 1er mai
Les manifestations prévues à Paris pour le 1er mai © BFM Paris
Une banque murée par des panneaux de bois place d'Italie
Une banque murée par des panneaux de bois place d'Italie © Image BFM Paris

"On vit dans la peur"

Le dispositif déployé ne rassure pas tout le monde. Près de la gare d’Austerlitz, Alexandrine, gérante de l’Austerlitz K’fé, a choisi de fermer son établissement plus tôt: "On vit dans la peur donc on va fermer de bonne heure. Les employés vont rester à la maison, ça va être une petite journée pour nous et pour tous les commerçant d’Austerlitz"

La préfecture de police a mobilisé d’importants moyens: 22 compagnies de CRS, 5 escadrons de gendarmerie mobile et 1.500 hommes sont mobilisés. Sur réquisition du procureur de la République, des contrôles pourront avoir lieu en amont de la manifestation et dans les transports en commun. Les autorités craignent l’arrivée de zadistes venus de province et également de membres de mouvances antifascistes, notamment des membres du Black block, venus d’Allemagne et d’Angleterre. La préfecture recommande de ne pas prendre sa voiture pour circuler.

Anne-Sophie Warmont et Antoine Heulard (avec G.D.)