BFMTV

Manifestation des agriculteurs: un jeune pompier meurt dans un accident

Des tracteurs bloquent plusieurs axes routiers franciliens, dont celui d'Epône dans les Yvelines (Photo d'illustration)

Des tracteurs bloquent plusieurs axes routiers franciliens, dont celui d'Epône dans les Yvelines (Photo d'illustration) - -

Le jeune homme aurait trouvé la mort en percutant un barrage filtrant dans le Val-d'Oise. Une enquête a été ouverte. Les organisateurs appellent à la levée des barrages.

Le blocage des grands axes routiers franciliens par les agriculteurs a tourné au drame jeudi matin: un jeune pompier a trouvé la mort dans le Val-d'Oise, à hauteur de Pont-d'Orly. A midi, les organisateurs ont appelé à la dispersion du barrage des Yvelines, près de Trappes, et les convois de la N20 et de l'A6 ont également pris fin.

L'accident mortel s'est produit lors d'une collision entre une voiture particulière et un poids lourd, ont indiqué les services du ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, précisant que la victime était "un pompier qui se rendait à son travail" et n'était donc pas en service lors de l'accident. Selon Le Figaro, la victime s'appelle Eric Thomas et avait 27 ans. Il travaillait à la caserne de Lognes.

Une enquête a été ouverte, a annoncé le procureur de Pontoise. Elle vise à "déterminer les circonstances exactes de l'accident" et à "établir les responsabilités dans le drame". "Son véhicule a percuté l'arrière d'un camion qui s'est trouvé immobilisé par les encombrements générés par les blocages de la circulation organisés" par les agriculteurs, a détaillé la préfecture du Val-d'Oise dans un communiqué. L'accident a eu lieu "à environ 2 km du rond-point dit de 'La Croix Verte', sur la Francilienne (N104), dans le sens ouest-est", a précisé la préfecture.

Selon le parquet de Pontoise, le camion, un poids lourd de 19 tonnes, était à l'arrêt lors de la collision. "Il avait mis ses warnings" mais la victime "n'a pas pu s'arrêter à temps", détaille la préfecture. "A l'heure où ça s'est passé, il faisait nuit. La chaussée était mouillée et la route n'était pas éclairée", a précisé Yves Jannier. "Habituellement, à cette heure-là, la circulation est relativement fluide. La victime a peut-être été surprise" par le bouchon.

Cuvillier déplore deux accidents

Dans la matinée, Frédéric Cuvillier s'est exprimé sur BFMTV, parlant de "deux accidents avec un mort". Un second accident entre un tracteur et un car de CRS a fait six blessés légers, ont indiqué ses services. Il a appelé les agriculteurs à la levée des barrages.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a lui aussi appelé tout le monde "à la responsabilité" ce jeudi après l'accident mortel. "Je ne pensais pas que c'était la meilleure solution que de bloquer les abords de Paris, je constate qu'il y a eu des incidents indirectement liés et j'appelle maintenant tout le monde à la responsabilité", a déclaré le ministre.

La FDSEA dénonce une "pirouette" du gouvernement

"Par compassion", l'organisateur des manifestations, Damien Greffin, président de la Fédération des syndicats d'exploitants agricoles d'Ile-de-France, avait accepté de lever le barrage du Val-d'Oise.

Pour Damien Greffin cependant, "la responsabilité agricole n'est pas engagée" dans l'accident mortel. "Au niveau du gouvernement, on n'est pas à une pirouette près pour démonter nos actions et les décrédibiliser", a-t-il dit.

L'action des agriculteurs "pas compréhensible"

Sur RMC jeudi matin, le ministre des Transports a estimé que l'action des agriculteurs voulant bloquer Paris n'est "pas compréhensible", surtout de la part des céréaliers.

"Ca n'est pas en bloquant et en lançant des ultimatums qu'on règle les choses (...). Ca n'est pas compréhensible: imaginez que les vacanciers bloquent en période de moisson tous les accès aux tracteurs", a tancé le ministre sur RMC. "Il faut arrêter de bloquer pour bloquer, d'autant que je suis au regret de dire que ce qui est mis en avant lors de ce mouvement nécessite quelques éclaircissements", a-t-il ajouté.

A. K. avec AFP