BFMTV

Le "racisme anti-blancs" examiné par la justice

Une foule de gens à Lille.

Une foule de gens à Lille. - -

Un homme comparaît devant la justice ce vendredi à Paris pour avoir agressé un autre jeune homme en 2010, qu'il aurait insulté de "sale blanc" et "sale Français".

C'est un procès en correctionnelle qui risque de faire du bruit. Ce vendredi, un homme va être jugé pour avoir roué de coups un autre homme et proféré des insultes racistes sur le quai d'un métro parisien en 2010, en compagnie de deux autres comparses, qui n'ont jamais été retrouvés.

Le lynchage aurait débuté pour une simple cigarette, à coups de tessons de bouteille, et se serait poursuivi par des insultes à caractère raciste. "Sale Blanc, sale Français", auraient hurlé les trois agresseurs présumés sur leur victime, un jeune homme.

Pour la première fois dans un tel dossier, la Licra, Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme, s'est portée partie civile. Le caractère raciste de l'agression a été retenu comme une circonstance aggravante d'après l'avocate de la Ligue, selon laquelle le prévenu "nie avoir tenu" de tels propos.

Un "racisme" moins présent que les autres

Le "racisme anti-blancs", conceptualisé et popularisé par l'extrême-droite à partir des années 1970, a été replacé au coeur du débat en septembre dernier avec la sortie du "Manifeste pour une droite décomplexée" de Jean-François Copé, dans laquelle le président UMP dénonçait son existence en France.

Une sortie dénoncée en choeur comme une "manoeuvre électoraliste" par le PS et le FN, mais aussi par des ténors de l'UMP, comme Christian Estrosi, Nathalie Kosciusko-Morizet, ou encore François Fillon.

Le sujet, sensible, fait cependant l'objet de recherches sociologiques. Quelque 18% des Français nés en France de parents français avaient déclaré en 2009 dans une enquête de l'Ined et de l'Insee avoir déjà été victime de racisme, contre plus de 50% pour les descendants d'immigrés maghrébins.


A LIRE AUSSI:

>> A qui appartient l'expression "racisme anti-blancs"?

>> Avec le "racisme anti-blanc" de Copé, l'UMP vire-t-elle à droite?

>> Copé veut "briser le tabou du racisme anti-blanc"

|||sondage|||750